Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 16:20

Santé L'OMS tire la sonnette d'alarme sur le cancer

L'OMS, dans un rapport paru mardi, explique que les cas de cancers risquent d'augmenter drastiquement si rien n'est fait.

Le siège de l'OMS, à Genève.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les cas de cancer vont augmenter de 60% dans les 20 prochaines années dans le monde sans action immédiate. Un dispositif adapté à chaque pays pourrait sauver au moins 7 millions de personnes dans les dix ans, explique l'OMS, qui a publié mardi un rapport à Genève.

Dans les États à revenu faible ou intermédiaire, le nombre de cas de cancers devrait même augmenter de 80%. Ces pays sont ceux où les taux de mortalité sont les plus importants. Leurs gouvernements n'ont notamment pu investir que des ressources limitées contre les maladies infectieuses, explique l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Et ils ne peuvent pas s'appuyer sur des infrastructures adaptées pour empêcher et prendre en charge les cas de cancer.

En 2019, des prestations suffisantes dans le système public de santé étaient observées dans 90% des pays riches et dans moins de 15% seulement de ceux à bas revenus, ajoute ce rapport publié lors de la Journée mondiale contre le cancer. Le sous-directeur général pour la santé pour tous et des maladies au sein de l'OMS Ren Minghui a appelé à oeuvrer contre «ces inégalités inacceptables».

Adapter les dispositifs

De son côté, le directeur général de l'organisation Tedros Adhanom Ghebreyesus estime qu'«au moins 7 millions» de personnes pourraient être sauvées dans les dix prochaines années. Mais il faut identifier le dispositif le plus adapté à chaque pays, trouver les réponses au cancer en s'appuyant sur la santé pour tous et rassembler différents acteurs, dit-il.

Parmi les mesures permettant de prévenir de nouveaux cas figurent notamment le contrôle du tabac, responsable de 25% des décès, la vaccination contre l'hépatite B ou encore l'application d'interventions à impact élevé. Les défis pour plusieurs pays seront liés aux coûts, à la faisabilité et à l'efficacité des soins, relève l'OMS. Parmi ceux-ci, de nombreuses thérapies, déjà utilisées, sont bien adaptées et ne devraient pas engendrer de difficultés financières, a également affirmé l'organisation. (ats/nxp)

Créé: 04.02.2020, 10h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.