Mardi 12 novembre 2019 | Dernière mise à jour 06:11

Enlèvement au Bénin On aurait «certainement» dû «éviter» la zone

Les deux ex-otages français sont arrivés à Villacoublay. Dans une interview, l'un deux avoue qu'ils auraient dû être plus attentifs aux recommandations des Affaires étrangères.

L'armée française a également libéré une otage coréenne.

L'armée française a également libéré une otage coréenne. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'un des ex-otages français enlevés au Bénin, et dont la libération a coûté la vie à deux soldats des forces spéciales françaises, a estimé samedi qu'ils auraient «certainement» dû «éviter» de se rendre dans la région comme le recommande l'Etat.

«Certainement aurions-nous dû prendre davantage en compte les recommandations de l'Etat et la complexité de l'Afrique, et éviter de nous rendre dans cette magnifique région du monde qui malheureusement bascule dans l'instabilité», a affirmé Laurent Lassimouillas peu après son arrivée à la base aérienne de Villacoublay (Yvelines).

Venu accueillir les otages, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait précédemment affirmé que «les conseils aux voyageurs que le ministère des Affaires étrangères diffuse régulièrement doivent être respectés intégralement».

Sur son site, le ministère déconseille formellement de se déplacer dans l'extrême-nord du Bénin, frontalier du Burkina et du Niger, «compte tenu de la présence de groupes armés terroristes et du risque d'enlèvement».

La libération des deux touristes français, Patrick Picque et Laurent Lassimouillas, enlevés le 1er mai dans le nord du Bénin puis emmenés au Burkina Faso voisin, alors qu'ils étaient sur le point d'être transférés au Mali, s'est soldée par la mort de deux soldats des forces spéciales françaises dans la nuit de jeudi à vendredi dans le nord du Burkina.

M. Lassimouillas a adressé ses «condoléances» aux familles et aux proches des soldats, estimant que «leur sacrifice donne un sens à nos vies et à celle de tous les Français qui défendent les valeurs essentielles de la République». (afp/nxp)

Créé: 11.05.2019, 20h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.