Dimanche 23 février 2020 | Dernière mise à jour 15:10

Moyen-Orient L'ONU réduit l'aide humanitaire en Syrie

L'ONU a prolongé pour six mois l'aide humanitaire en Syrie mais dans des proportions très réduites, à cause de la Russie.

Cette aide est pourtant vitale pour près de 3 millions de Syriens reclus dans la région d'Idleb (nord-ouest).

Cette aide est pourtant vitale pour près de 3 millions de Syriens reclus dans la région d'Idleb (nord-ouest). Image: Keystone

ONU: dix pays mauvais payeurs perdent leur droit de vote

Dix pays ayant accumulé trop d'arriérés dans leurs contributions obligatoires dues aux budgets de l'ONU, ont perdu leur droit de vote à l'Assemblée générale, a annoncé vendredi le porte-parole de l'ONU. Les dix pays concernés sont «la Centrafrique, les Comores, la Gambie, le Liban, le Lesotho, Sao Tome et Principe, la Somalie, le Tonga, le Venezuela et le Yémen», a précisé le porte-parole de l'ONU.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Russie a imposé vendredi une réduction drastique de l'aide humanitaire transfrontalière apportée à la population syrienne depuis 2014, prolongée par le Conseil de sécurité de l'ONU pour seulement six mois et via uniquement deux points frontaliers avec la Turquie.

Après de multiples concessions des Occidentaux depuis fin décembre, une résolution de l'Allemagne et de la Belgique a été adoptée en ce sens par onze voix pour, quatre pays s'abstenant: la Russie, la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni. L'autorisation transfrontalière, renouvelée jusqu'à présent annuellement par l'ONU avec quatre points frontaliers, expirait vendredi soir.

«Des Syriens vont mourir avec cette résolution»

La Belgique et la France ont déploré «la réduction de la portée» de l'autorisation transfrontalière. «Onze millions de Syriens ont besoin d'une assistance humanitaire», a rappelé l'ambassadeur belge à l'ONU, Marc Pectseen de Buytswerve. «Des Syriens vont mourir avec cette résolution», a estimé son homologue américain, Kelly Craft, en justifiant l'abstention de son pays. «C'est une réponse inadéquate pour le peuple syrien», a renchéri l'ambassadrice britannique, Karen Pierce.

Le recul des Occidentaux face à la Russie, qui était «en position de force» dans la négociation, selon les termes d'un diplomate, permet de sauver le mécanisme d'aide transfrontalière internationale mais le réduit considérablement. S'affranchissant de tout aval de Damas, cette aide est vitale pour près de 3 millions de Syriens reclus dans la région d'Idleb (nord-ouest) où les combats et bombardements ont redoublé depuis quelques semaines.

La résolution adoptée étend l'autorisation transfrontalière jusqu'au 10 juillet. Elle supprime les points de passage situés sur les frontières avec la Jordanie (à Al-Ramtha, inutilisé depuis longtemps) et avec l'Irak, à Al Yarubiyah, par lequel transitait une importante aide médicale au profit d'1,3 million d'habitants du nord-est syrien.

Sur l'insistance de l'Allemagne et de la Belgique, un rapport est aussi demandé au secrétaire général de l'ONU avant fin février sur les possibilités de trouver des alternatives à l'abandon du point de passage d'Al Yarubiyah.

Double veto en décembre

Le 20 décembre, la Russie, soutenue par la Chine, avait mis son veto - le 14e depuis le début du conflit en 2011 - à un premier texte de l'Allemagne, de la Belgique et du Koweït qui prévoyait une prolongation de l'aide pour un an avec trois points frontaliers: les deux en Turquie, à Bab al-Salam et Bab al-Hawa, et celui d'Al Yarubiyah en Irak.

A l'époque, les États-Unis avaient dénoncé un veto «honteux». «Vous avez du sang sur les mains», avait ajouté le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo à l'adresse de Moscou et Pékin. Dans la négociation, la position américaine n'a cependant pas été des plus subtiles, relève un diplomate sous couvert d'anonymat. Washington a commencé par demander cinq points de passage avant de faire marche arrière pour tomber à trois puis deux. Les États-Unis ont aussi juré que Moscou n'irait pas jusqu'au veto, à tort, ajoute cette source.

Tout en affirmant vouloir la prolongation de l'aide transfrontalière dans le nord du pays, la Russie avait proposé en décembre à ses partenaires une résolution prévoyant une prolongation sur six mois via les deux points de passage en Turquie. Ce qui au final a été accepté vendredi.

«Atteinte à la souveraineté»

A l'époque, ce texte n'avait pas obtenu les neuf voix sur quinze nécessaires à son adoption, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France ayant notamment voté contre. Avec la réduction drastique de l'autorisation transfrontalière, la Russie veut faire reconnaître la reprise de contrôle de Damas depuis un an sur le territoire syrien.

Moscou considère que l'autorisation transfrontalière est «une atteinte à la souveraineté, et c'est une réalité», concède un diplomate occidental sous couvert d'anonymat. Pour l'ambassadrice britannique à l'ONU, la décision vendredi du Conseil de sécurité n'est pas à la hauteur de l'enjeu. «C'est une réponse inadéquate pour le peuple syrien.

Et ce n'est pas ce que demandait» le département des Affaires humanitaires de l'ONU qui réclamait le maintien du point frontalier avec l'Irak et un an de prolongation pour une meilleure planification des convois humanitaires, a-t-elle dit aux médias. (afp/nxp)

Créé: 11.01.2020, 01h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.