Jeudi 20 septembre 2018 | Dernière mise à jour 09:56

France Onze ans de prison pour la mort de Méric

Deux des trois skinheads jugés pour la mort du militant antifasciste en 2013 ont été condamnés vendredi à Paris. Le troisième a été acquitté.

Les trois accusés lors de leur procès à la cour d'Assises de Paris.

Les trois accusés lors de leur procès à la cour d'Assises de Paris. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La cour d'Assises de Paris a condamné vendredi l'ancien skinhead Esteban M. à onze années de prison pour la mort de Clément Méric. Ce jeune militant antifasciste avait été tué en juin 2013 dans une rixe à Paris.

L'un des co-accusés, Samuel D., boulanger de 25 ans, a écopé pour sa part d'une peine de sept années de détention. Le troisième prévenu, Alexandre E., également présent lors des faits, a été acquitté. L'avocat général avait requis 12 ans de prison pour Esteban M., sept ans pour Samuel D. et quatre ans avec sursis pour Alexandre E.

Dans leurs plaidoiries, les avocats des prévenus avaient jugé disproportionnées les peines demandées par le ministère public. Ils avaient demandé une sanction «juste» pour ce qui reste à leurs yeux une bagarre qui a mal tourné.

Bagarre de rue

Le 5 juin 2013, la rencontre fortuite d'un petit groupe de militants antifascistes et de «skinheads» proches du mouvement d'extrême droite «Troisième voie» lors d'une vente privée de vêtements dans le quartier des grands magasins, à Paris, avait tourné à la bagarre de rue après des provocations verbales.

Frappé à plusieurs reprises au visage, Clément Méric, un étudiant en sciences politiques de 18 ans originaire de Brest, s'était effondré. Ce jeune homme frêle soigné pour une leucémie était décédé le lendemain des suites d'une hémorragie cérébrale.

Sa mort avait suscité une vive émotion et des manifestations dénonçant la violence de l'extrême droite. Le gouvernement socialiste de l'époque avait dissous «Troisième voie» et deux autres organisations de l'ultra-droite, «L'Oeuvre française» et les «Jeunesses nationalistes révolutionnaires».

Esteban M., 25 ans, aujourd'hui agent de sécurité, a reconnu avoir porté deux des coups potentiellement mortels. Des témoignages ont aussi mis en cause Samuel D., ce qui a conduit l'accusation à en faire le coauteur des coups mortels, bien qu'il maintienne ne pas avoir frappé Clément Méric. (ats/nxp)

Créé: 14.09.2018, 20h34


Sondage

Une partie de l'activité de la télévision RTS va quitter Genève pour Lausanne: sachant cela, votre vote "No Billag" aurait-il été différent?



Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters