Mardi 25 juin 2019 | Dernière mise à jour 21:33

TENSIONS Otan: «400 avions russes interceptés cette année»

Selon l'Otan, 400 avions russes ont été interceptés cette année à proximité des pays membres de l'organisation, soit «50% de plus que l'année dernière».

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan, en visite en Estonie.

Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Otan, en visite en Estonie. Image: AFP

Est de l'Ukraine: sur le terrain, la guerre continue

Près de mille personnes ont été tuées en Ukraine depuis la trêve conclue en septembre entre l'armée ukrainienne et les séparatistes prorusses, soit 13 nouvelles victimes par jour en moyenne, a annoncé l'ONU jeudi.

Le vice-président américain Joe Biden est arrivé le même jour à Kiev pour une visite au cours de laquelle il devrait être question d'une éventuelle fourniture par les Etats-Unis de moyens militaires - non létaux - supplémentaires aux forces ukrainiennes.

Vendredi, alors que l'Ukraine marquera le 1er anniversaire du début du mouvement pro-occidental du Maïdan, Joe Biden rencontrera le Premier ministre Arseni Iatseniouk puis le président Petro Porochenko avec qui il discutera, selon ses services, «des violations toujours en cours par la Russie de l'accord de Minsk du 5 septembre».

Kiev et les Occidentaux accusent Moscou de soutenir les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine, ce que le Kremlin dément.

L'accord de Minsk prévoyait un cessez-le-feu entre armée ukrainienne et rebelles mais celui-ci est désormais violé quotidiennement.

Galerie photo

L'Ukraine entre guerre civile et diplomatie

L'Ukraine entre guerre civile et diplomatie Un nouvel accord a été signé sur l'Ukraine le 12 février 2015. Le cessez-le-feu conclu va-t-il tenir?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les interceptions d'appareils russes à proximité des pays de l'Otan ont atteint 400 cas cette année, a déclaré jeudi 20 novembre en Estonie le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

«Si on regarde le nombre d'interceptions autour de l'Otan, on peut parler de 400 interceptions, soit 50% de plus que l'année dernière», a dit à la presse Jens Stoltenberg qui a commencé jeudi une tournée éclair en Estonie, en Lettonie et en Lituanie destinée à rassurer ces petits pays membres de l'Otan, inquiets du comportement de la Russie dans le conflit ukrainien et des activités militaires russes non loin de leurs frontières.

Dans la région balte, «on en a vu plus de cent, soit trois fois plus que l'année dernière», a-t-il ajouté.

L'art et la manière

Lorsqu'un appareil russe s'approche de l'espace aérien de l'Otan, des appareils militaires de l'Alliance vont à sa rencontre et l'accompagnent jusqu'à ce qu'il s'en éloigne.

Selon le secrétaire général de l'Otan, ce ne sont pas les vols russes en eux-mêmes qui posent un problème, mais plutôt la manière dont ils se déroulent.

«Ils n'envoient pas de plan de vol. La plupart passent dans l'espace aérien international, mais ils sont proches de notre espace aérien et ils interfèrent avec des vols commerciaux», a-t-il dit sur la base aérienne d'Ämari (nord), où il a rencontré le Premier ministre estonien Taavi Roivas, ainsi que des militaires américains, allemands et estoniens.

«Nous n'avions pas observé cela depuis de longues années»

«C'est un comportement que nous n'avons pas observé depuis de longues années, depuis l'époque de la guerre froide», a encore dit Jens Stoltenberg. «L'Otan est là pour protéger et défendre l'Estonie», a-t-il encore souligné.

Il a notamment félicité Tallinn pour avoir consacré 2% de son PIB à la défense, la donnant en exemple aux autres membres de l'Alliance, et rappelant «son rôle de leader dans le renforcement de la cyberdéfense».

A Riga, où Jens Stoltenberg s'est rendu dans l'après-midi, il a rejeté fermement les appels de Moscou demandant à l'Ukraine d'assurer qu'elle resterait en dehors de l'Otan.

Quelle indépendance pour l'Ukraine?

«Le simple fait de demander, d'appeler ou d'exiger que l'Ukraine donne une sorte de garantie que, jamais, elle ne deviendrait membre de l'OTAN, est une violation de l'idée de l’indépendance, de la souveraineté de l'Ukraine», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le président letton Andris Berzins.

«Chaque pays a le droit de décider de ses propres arrangements de sécurité. C'est un droit fondamental d'un pays indépendant et souverain», a-t-il souligné.

Il a dit espérer que la Russie «respecterait» la décison de l'Ukraine, si elle décidait un jour de devenir membre de l'alliance.

(afp/nxp)

Créé: 20.11.2014, 20h48


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.