Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 18:20

Royaume-Uni Oxfam a perdu des millions après Haïti

L'organisation non-gouvernementale doit trouver environ 18 millions d'euros d'économies après le départ de nombreux donateurs.

Oxfam compte tailler dans les postes au siège et les «fonctions de soutien».

Oxfam compte tailler dans les postes au siège et les «fonctions de soutien». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Oxfam GB va devoir faire des millions de livres d'économies et réduire ses programmes, a indiqué samedi l'ONG, dont de nombreux donateurs ont déserté après le scandale provoqué par les révélations d'abus sexuels commis par certains de ses employés en 2010 en Haïti.

«En raison du comportement révoltant de certains de nos anciens employés en Haïti et des erreurs dans notre façon de traiter cette affaire, nous avons maintenant moins d'argent pour fournir de l'eau potable, de la nourriture et d'autres formes de soutien aux personnes qui en ont besoin», a commenté une porte-parole d'Oxfam GB dans un communiqué.

Des économies drastiques

L'ONG, qui fait partie de la confédération Oxfam International qui regroupe une vingtaine d'organisations, doit faire 16 millions de livres (18 millions d'euros) d'économies, a-t-elle indiqué à l'AFP, confirmant une information du quotidien The Guardian.

Pour ce faire, Oxfam compte tailler dans les postes au siège et les «fonctions de soutien», «afin que nous puissions continuer la majeure partie de notre travail sur le terrain».

«Nous sommes immensément reconnaissants envers tous ceux -dont neuf de nos donateurs réguliers sur dix- qui ont continué à nous soutenir pendant cette période difficile», a ajouté cette porte-parole.

Scandale sexuel

L'ONG Oxfam-GB a été éclaboussée par un scandale révélé par la presse britannique en février, sur des abus sexuels commis par des membres de sa mission humanitaire déployée en Haïti après le séisme de 2010.

Oxfam avait mené une enquête interne en 2011, à la suite de laquelle sept de ses employés en Haïti avaient quitté l'ONG, dont quatre licenciés pour «faute grave». Mais le compte-rendu de cette enquête n'a été rendu public qu'en février, à la suite des révélations de la presse britannique.

Le directeur général d'Oxfam GB, Mark Goldring, a annoncé en mai sa démission, pour offrir un nouveau départ à l'ONG qui doit reconstruire sa réputation.

Mercredi, Haïti a annoncé avoir retiré son agrément d'ONG à Oxfam GB, «pour violation de la législation haïtienne et pour atteinte grave au principe de l'éminente dignité de la personne humaine». (afp/nxp)

Créé: 16.06.2018, 13h03

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde