Dimanche 26 janvier 2020 | Dernière mise à jour 23:46

Proche-Orient Une Palestinienne tuée par un tir israélien à Gaza

Touchée à la poitrine lors de heurts près de la frontière de l'enclave palestinienne, une bénévole de 21 ans est décédée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une Palestinienne a été tuée par balle vendredi par des soldats israéliens lors d'affrontements près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, a indiqué un responsable des services de santé de l'enclave. Elle travaillait comme bénévole.

Nouveaux heurts

Ce décès porte à 123 le nombre de Palestiniens tués par des soldats israéliens depuis le début d'un mouvement de protestation à Gaza le 30 mars, a indiqué Achraf al-Qodra, le porte-parole du ministère gazaoui de la Santé.

Razan al-Najjar, 21 ans, a été touchée à la poitrine à l'est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a déclaré M. Qodra. Elle travaillait, selon lui, comme bénévole pour le ministère et portait un uniforme blanc de personnel de santé.

Un porte-parole de l'armée israélienne a indiqué que cette dernière était en train d'examiner l'incident. Dans le même temps, dans un communiqué, l'armée a fait état de «milliers d'émeutiers» rassemblés en cinq points le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, qui étaient «en train de brûler des pneus (...) et tentaient d'endommager des infrastructures de sécurité».

Mouvement de protestation

Des tirs ont visé un véhicule de l'armée et un Palestinien a pénétré côté israélien de la barrière de sécurité, déposant une grenade et retournant du côté gazaoui, a poursuivi l'armée. Elle a par ailleurs souligné que ses soldats agissaient «conformément aux règles d'engagement».

Des dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza, territoire coincé entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, ont débuté le 30 mars un mouvement de protestation près de la frontière pour revendiquer le «droit au retour» des réfugiés palestiniens. Le mouvement dénonce aussi le blocus imposé à Gaza par Israël pour contenir le mouvement islamiste Hamas, qui dirige le territoire.

Depuis mardi, le secteur de la frontière a connu des manifestations de Palestiniens, mais de moindre ampleur que ces dernières semaines. L'armée israélienne est en butte aux accusations d'usage excessif de la force et à des demandes d'enquête indépendante réclamée par l'ONU ou l'Union européenne. (ats/nxp)

Créé: 01.06.2018, 19h50

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.