Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 21:25

Vatican Le pape recommande de recourir aux exorcistes

Le chef de l'Eglise a conseillé aux confesseurs de ne pas hésiter à faire appel à des exorcistes afin de «chasser les démons».

Le pape évoque souvent la présence de démons, ou du diable.

Le pape évoque souvent la présence de démons, ou du diable. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le pape François a recommandé vendredi aux prêtres de ne pas hésiter à recourir à des exorcistes locaux lorsqu'ils sont témoins de grands désordres spirituels dans le confessionnal. La pratique n'est pas admise ou appréciée par tous dans l'Eglise.

Un bon confesseur doit être «un homme de discernement», en particulier lorsqu'il est confronté à «de véritables désordres spirituels», a souligné le souverain pontife devant des prêtres. Ceux-ci participaient à une formation proposée par la pénitencerie apostolique, l'un des trois tribunaux du Vatican.

Le pape a rappelé que ces désordres pouvaient être pour une large part «psychiques» et devaient donc être pris en compte «à travers une saine collaboration avec les sciences humaines». Néanmoins, le confesseur «ne devra pas hésiter à se référer», au sein de son diocèse, à «des exorcistes», «choisis avec beaucoup de soin et de prudence».

L'exorcisme, auquel Jésus avait recours selon la tradition des Evangiles, revient à «chasser les démons», forces du mal qui «possèdent» une personne. La pratique n'est pas admise ou appréciée par tous dans l'Eglise.

Présence nocive du «diable»

Plus souvent que ses prédécesseurs, le pape François évoque la présence nocive du «diable», du «démon», de «Satan» dans le monde, et la nécessité de lutter contre cette présence par différents moyens. Dans une messe à la mémoire de Jacques Hamel, prêtre français égorgé par des djihadistes dans son église en 2016, le pape avait par exemple souligné que tuer au nom de Dieu était «satanique».

Chaque année, la Pénitencerie apostolique organise une semaine de cours pour aider les prêtres à confesser les fidèles. Ce tribunal permet en particulier à des confesseurs de signaler des pêchés graves comme des profanations ou des crimes.

En fin d'après-midi, le pape a présidé une célébration pénitentielle dans la basilique Saint-Pierre, au cours de laquelle il est allé lui-même se confesser. Il s'est ensuite installé dans un confessionnal pour entendre la confession de plusieurs fidèles. (ats/nxp)

Créé: 17.03.2017, 19h12

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.