Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 01:23

USA Un parapluie bloque la porte de leur bureau pendant deux jours

Refusant de briser la vitre, les employés ont mis 48 heures pour trouver la solution à leur problème.

Il y a comme un pépin.

Il y a comme un pépin. Image: Twitter/@NeerajKA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En rentrant de week-end, les quatre occupants d'un bureau dans un immeuble de Washington ont eu une désagréable surprise. Un parapluie appuyé contre le mur était tombé et bloquait la porte, les empêchant d'entrer. Durant 30 minutes, ils ont multiplié les tentatives pour faire bouger l'objet: en secouant la porte vitrée, en tentant d'y glisser leurs doigts, un cintre. Rien à faire. Le parapluie était tombé dans la position parfaite: impossible de le déloger, a raconté l'un des employés à Vice après que la photo du problème a été diffusée sur les réseaux sociaux.

Deuxième option: appeler la société qui gère cet immeuble de bureaux. Une équipe de maintenance est arrivée et a secoué la porte, tenté de passer les doigts ou un cintre dans une ouverture. «Nous leur avons à chaque fois dit que nous avions déjà essayé mais c'était comme si en essayant eux, ils allaient réussir», continue à expliquer l'employé. De guerre lasse, les quatre occupants du bureau ont travaillé dans une autre pièce prêtée par la gérance, avec des ordinateurs portables et un chargeur à se partager.

Le lendemain matin, celui qui raconte cette mésaventure est arrivé avec des pinces, un tournevis et d'autres cintres. Nouvel échec. Les gens ayant pris connaissance de l'histoire sur Internet ont alors chacun donné leur solution, comme utiliser un cintre, par exemple. Beaucoup ont dit qu'ils n'avaient qu'à briser la vitre. «C'est ridicule: ce serait un gâchis et pourrait même s'avérer dangereux», a rétorqué l'employé. Après tout, personne n'était coincé à l'intérieur, mais à l'extérieur.

Spécialiste démuni

Après deux jours à travailler dans un bureau de fortune, un spécialiste des locaux verrouillés a été appelé. Qui a tenté de faire bouger la porte ou de passer ses doigts par un interstice avant de déclarer que c'était au-delà de ses compétences et qu'il faudrait s'adresser à un super-ingénieur qui coûterait très cher. Finalement, le mardi soir à 18 heures, le propriétaire de l'immeuble a décidé de faire faire un trou dans le plancher de la pièce au-dessus et, en y faisant passer un câble, il a pu agripper le parapluie et le faire bouger.

«C'est certainement l'équipe de nettoyage qui a dû le faire tomber vendredi soir, a expliqué l'employé. C'était mon parapluie, mais je ne me sens pas responsable. Il est tombé d'une façon telle que, même en essayant mille ans, on n'arriverait pas à reproduire cela. Ce n'est que de la malchance.»

Michel Pralong

Créé: 19.09.2019, 11h43

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.