Jeudi 13 décembre 2018 | Dernière mise à jour 18:06

ONU Paris regrette le recul de l'accès à l'avortement

La France s'est dite inquiète à l'ONU des décisions à travers le monde qui remettent en cause l'accès à l'avortement.

Image prétexte - une manifestation pro-avortement en Pologne, mardi 4 mars 2018.

Image prétexte - une manifestation pro-avortement en Pologne, mardi 4 mars 2018. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La secrétaire d'Etat française à l'Egalité a mis en garde mardi à l'ONU contre «un spectre nouveau», le populisme qui remet en cause les droits des femmes. Elle ciblait en particulier les décisions menaçant «plus ou moins directement, l'accès à l'avortement».

«Les populistes et leurs alliés s'adonnent à une remise en cause permanente des droits humains, au premier rang desquels les droits des femmes», a relevé Marlène Schiappa dans un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU à l'occasion d'une conférence sur l'autonomisation des femmes en milieu rural.

«Paradoxe ultime, parfois, des femmes les incarnent ou les soutiennent», a ajouté la ministre, en assurant que la France «continuera de défendre partout, toujours, les droits sexuels et reproductifs et l'accès à la contraception».

Marlène Schiappa a souligné qu'«à cet égard, la France ne peut que déplorer les décisions de ses alliés historiques la Hongrie, la Pologne, les Etats-Unis d'Amérique... de remettre en cause, plus ou moins directement l'accès à l'avortement». La ministre a revendiqué une «diplomatie féministe à la française».

Le droit de choisir

«Le choix est le principal droit. Choisir de se marier, de divorcer, de se cultiver, d'avoir des enfants, d'avorter. De créer une entreprise. De se présenter à une élection - d'en gagner, parfois. De passer son permis de conduire. De voyager. De circuler librement. De vivre, tout simplement», a-t-elle énuméré.

Lors d'un entretien avec quelques journalistes, elle a précisé travailler à donner aux femmes agricultrices des indemnités de salaire lors d'un congé maternité.

«Les agricultrices aujourd'hui en France ont une indemnité de remplacement mais pas d'indemnités pour elles pour continuer à être rémunérées», a-t-elle expliqué.

Une mission parlementaire est en train d'étudier le budget que cela représenterait, a poursuivi la ministre, sans pouvoir dire combien d'agricultrices pourraient être concernées par une telle mesure en France. (ats/nxp)

Créé: 14.03.2018, 00h40

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.