Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 22:15

Etats-Unis Parkland: le policier passif a été arrêté

Le policier accusé de passivité lors de la fusillade du lycée de Parkland, en Floride, a été arrêté mardi pour négligence.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un policier, qui avait été qualifié de lâche par Donald Trump pour ne pas être intervenu lors d'une fusillade ayant fait 17 morts dans un lycée de Parkland aux Etats-Unis en février 2018, a été arrêté mardi pour négligence.

Scot Peterson, 56 ans, était assigné à la sécurité de l'établissement Marjory Stoneman Douglas de Parkland, au nord de Miami, lorsque le 14 février 2018 un ancien élève a ouvert le feu au fusil semi-automatique, tuant 14 élèves et trois membres de l'encadrement.

Le policier a notamment été arrêté pour négligence et parjure au terme de quinze mois d'enquête, a annoncé la porte-parole du département de l'application des lois de Floride (FDLE) dans un communiqué.

«Aucune excuse»

Un mois après le drame, une vidéo de près d'une demi-heure avait été rendue publique, montrant l'agent de plus de 30 ans d'expérience parler dans sa radio, se déplacer en véhicule et prendre position à l'extérieur d'un bâtiment dont fuyaient les élèves, sans essayer d'entrer dans l'édifice.

Scot Peterson «n'a absolument rien fait pour réduire» le bilan de l'attaque, a déclaré le commissaire du FDLE Rick Swearingen. «Il ne peut y avoir aucune excuse pour son inaction complète ni aucune question sur le fait que cette inaction a coûté des vies», a-t-il ajouté.

Selon les conclusions de l'enquête, le policier a refusé de déterminer l'origine des tirs, s'est protégé alors que les victimes étaient tuées, et a recommandé aux autres membres des forces de l'ordre arrivées sur place de se tenir à 150 mètres des lieux.

«Va rôtir en enfer»

A l'époque adjoint du shérif du comté de Broward, auquel appartient Parkland, le policier avait été suspendu sans rémunération, avant de démissionner. Se disant «hanté» par le drame, il s'était défendu par la voix de ses avocats en affirmant avoir suivi la procédure.

«Ils sont entraînés, il n'a pas réagi convenablement sous la pression ou c'est un lâche», avait réagi le président américain peu de temps après le massacre.

Sur Twitter, Fred Guttenberg, qui a perdu sa fille de 14 ans lors du drame, a réagi à la nouvelle de l'arrestation: «Je n'ai pas de commentaire si ce n'est, va rôtir en enfer,», a-t-il écrit en s'adressant au policier. «Tu aurais pu sauver certaines des 17 (victimes). Tu aurais pu sauver ma fille.» Gregory Tony, le nouveau shérif du comté de Broward, a quant à lui estimé qu'il n'était «jamais trop tard pour rendre des comptes.»

(afp/nxp)

Créé: 05.06.2019, 01h19

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.