Jeudi 4 juin 2020 | Dernière mise à jour 07:30

Arménie Le parlement dissout, législatives en décembre

La dissolution est la conséquence de la démission du premier ministre arménien par intérim Nikol Pachinian, qui voulait convoquer des élections législatives anticipées.

Le Premier ministre par intérim Nikol Pachinian est à la manoeuvre en Arménie.

Le Premier ministre par intérim Nikol Pachinian est à la manoeuvre en Arménie. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les élections législatives anticipées ont été fixées au 9 décembre en Arménie à la suite de la dissolution du parlement jeudi. Le Premier ministre réformateur espère y obtenir une majorité quelques mois après avoir été porté au pouvoir par un mouvement populaire.

La dissolution du parlement est automatique après deux échecs consécutifs des députés à désigner un nouveau chef du gouvernement après la démission de Nikol Pachinian en octobre. «Mes félicitations à tout le monde! Le parlement a été dissous en vertu de la loi», a écrit l'ex-journaliste de 43 ans sur sa page Facebook après le deuxième vote au Parlement.

Se rapprocher de l'objectif

Ce pari politique de Nikol Pachinian lui permet de se rapprocher de son objectif: reprendre son poste de Premier ministre, mais cette fois avec le contrôle du Parlement. Nikol Pachinian est arrivé au pouvoir en mai dernier après avoir mené pendant plusieurs semaines des manifestations massives antigouvernementales. Mais il ne contrôlait pas le parlement, encore largement acquis au Parti républicain de l'ex-président Serge Sarkissian, raison pour laquelle il souhaite organiser des élections anticipées.

Il avait annoncé sa démission le 16 octobre, tout en restant chef du gouvernement par intérim, afin de pouvoir convoquer des élections législatives anticipées. Il avait alors promis de «garantir la libre expression de la volonté du peuple lors d'élections législatives anticipées».

Premières élections anticipées

Jusqu'ici, les prochaines élections législatives dans cette ex-république soviétique du Caucase du Sud n'étaient prévues qu'en 2022. Après la démission du Premier ministre, le parlement avait deux semaines pour élire un nouveau Premier ministre. En cas d'échec à deux reprises, ce qui s'est passé, la Constitution stipule que le parlement doit être dissous et de nouvelles élections deviennent inévitables.

Selon la Constitution arménienne, elles doivent absolument être organisées entre 30 et 45 jours après la dissolution du parlement. Dans la soirée, la date du scrutin a été officiellement fixée au 9 décembre, par un décret du président arménien Armen Sarkissian.

Peu avant le vote au parlement jeudi, Nikol Pachinian a promis d'assurer un scrutin «à 100% juste et légitime». «Aujourd'hui, le parlement sera dissous pour la première fois et pour la première fois, nous aurons des élections anticipées», a-t-il déclaré. «En décembre, le peuple arménien décidera du sort de ses futures autorités.»

Selon des analystes, le Parti du Contrat civil de Nikol Pachinian devrait remporter sans surprise ces élections. «Le résultat des législatives anticipées est tout à fait prévisible. En décembre, Pachinian aura le contrôle du parlement», assure l'analyste Viguen Hakobian.

Opposition du parti républicain

Cette manoeuvre de Nikol Pachinian s'est au début heurtée à la résistance du Parti républicain, majoritaire au parlement. Il a fait voter le 3 octobre des amendements rendant plus difficile la convocation d'élections anticipées.

Ce mouvement a poussé Nikol Pachinian à appeler ses partisans à se réunir près du parlement pour protester contre cette initiative «contre-révolutionnaire». Il avait ensuite limogé six ministres dont les partis avaient soutenu les amendements, qui n'ont pas été promulgués par le président Armen Sarkissian.

Le Parti républicain a affirmé ne pas être opposé à des élections anticipées, mais ne pas vouloir les organiser avant mai ou juin 2019, et non décembre comme le voudrait Nikol Pachinian, afin que les partis aient le temps de s'y préparer.

Forte popularité

Selon l'analyste Stepan Safarian, Nikol Pachinian, qui a fait de la lutte contre la corruption et la pauvreté ses priorités, souhaite organiser des élections anticipées alors qu'il est au sommet de sa popularité.

«Maintenant, la cote de popularité de Pachinian et celle de son parti s'envolent, mais qui sait jusqu'à quand ça durera», explique M. Safarian. «C'est pourquoi il voulait s'assurer que les élections anticipées soient organisées le plus rapidement possible», assure l'analyste. (ats/nxp)

Créé: 01.11.2018, 14h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.