Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 09:56

Brésil Des partisans de Lula blessés par des tirs

Un campement de supporters du politicien emprisonné a été visé par des tirs samedi au sud du Brésil. Deux hommes sont à l'hôpital.

Image: Keystone

Galerie photo

Brésil: Luiz Inacio Lula accusé de corruption

Brésil: Luiz Inacio Lula accusé de corruption L'ancien président brésilien a dû faire face à la justice dans une affaire de vaste réseau de corruption orchestré par des entreprises du bâtiment.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux partisans de l'ex-président brésilien Lula ont été blessés samedi à l'aube par des tirs visant une veillée de soutien à Curitiba (sud), où l'ancien chef de l'Etat est emprisonné, a dénoncé sa formation le Parti des Travailleurs (PT, gauche). Le PT a condamné «les tirs dont a été la cible le campement» samedi à l'aube «qui ont fait deux blessés, dont un grave, touché au cou». Cet homme a été admis en soins intensifs dans un hôpital de Curitiba, a précisé le PT, qui a qualifié cet incident d'«attentat».

Luiz Inacio Lula da Silva, 72 ans, purge depuis le 7 avril une peine de 12 ans et un mois de prison pour corruption et blanchiment d'argent. Des partisans de l'icône de la gauche et des dirigeants du PT campent depuis à quelques centaines de mètres du siège de la police fédérale où Lula est incarcéré.

Plusieurs tirs

Selon les premières informations des autorités, une personne aurait tiré à plusieurs reprises, touchant une cabine de toilettes chimiques dont les débris ont légèrement blessé une femme à l'épaule, explique le communiqué. Des douilles de 9 mm ont été retrouvées sur place, ajoute le texte.

Lula a été accusé d'avoir accepté en guise de pots-de-vin un luxueux appartement dans une station balnéaire du sud du Brésil de la part d'OAS, une compagnie de BTP qui cherchait à obtenir des contrats auprès de l'entreprise pétrolière publique Petrobras. Très largement en tête dans les intentions de vote à la présidentielle d'octobre, il estime être victime d'un «procès politique» destiné à l'empêcher de se présenter à un troisième mandat. L'ex-président (2003-2010) nie toute culpabilité. (afp/nxp)

Créé: 28.04.2018, 19h30

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.