Dimanche 19 mai 2019 | Dernière mise à jour 22:30

France Affaire Benalla: l'Elysée plaide l'ignorance

Le ministre des Affaires Etrangères va saisir le procureur de la République pour faire toute la lumière sur l'affaire Benalla.

le parquet de Paris ouvre une enquête, notamment pour «abus de confiance»

Le parquet de Paris a ouvert samedi une enquête préliminaire, notamment pour «abus de confiance», concernant la non-restitution par Alexandre Benalla de ses deux passeports diplomatiques alors qu'il n'était plus en fonction à l'Élysée, selon un communiqué du procureur Rémy Heitz.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Elysée a assuré vendredi ne «disposer d'aucune information» sur l'utilisation des passeports diplomatiques par l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron Alexandre Benalla, soupçonné d'en avoir profité après sa mise à pied en mai. L'ancien chargé de mission a lui contre-attaqué, son entourage affirmant qu'ils lui avaient été restitués «début octobre».

Alexandre Benalla n'a «jamais» mené de mission à titre privé lorsqu'il travaillait à l'Elysée, a ajouté son entourage dénonçant «une machine pour détruire» sa réputation.

Cette source refuse de commenter les informations de Mediapart et du Monde, selon lesquelles M. Benalla continue de voyager avec un passeport diplomatique émis le 24 mai, après sa mise à pied liée à des violences lors de manifestations du 1er mai. Il avait affirmé, sous serment le 19 septembre, avoir laissé ce document dans son bureau de l'Elysée, devant la commission d'enquête du Sénat.

Il a été «utilisé ces dernières semaines pour entrer dans différents pays africains ainsi qu'en Israël», selon Médiapart qui cite «des sources sécuritaires».

Mais ses deux passeports diplomatiques lui ont été restitués «début octobre», selon son entourage qui se dit «abasourdi que tout le monde» s'en étonne.

Macron dans l'embarras

Une affaire embarrassante pour le chef de l'Etat, déjà aux prises avec la crise des «gilets jaunes», qui doit adresser ses voeux aux Français lundi.

L'Elysée a plaidé vendredi l'ignorance, affirmant qu'il «ne dispose à ce stade d'aucune information remontée par les services de l'Etat concernés sur l'utilisation par M. Benalla des passeports diplomatiques qui lui avaient été attribués dans le cadre exclusif de ses fonctions à la Présidence de la République».

L'Elysée dit avoir, dès son renvoi pour motif disciplinaire en juillet, «demandé aux administrations compétentes de procéder aux démarches nécessaires afin que ces passeports soient restitués et ne puissent plus être utilisés».

La présidence a demandé au ministère des Affaires étrangères «de prendre toutes les mesures appropriées» contre M. Benalla, ajoute-t-elle. Le Quai d'Orsay a annoncé dans la foulée l'intention de Jean-Yves Le Drian de saisir le procureur de la République. Le ministère affirme avoir réclamé en juillet, puis en septembre la restitution des deux passeports.

Contre-attaque de Benalla

L'entourage d'Alexandre Benalla a contre-attaqué en début de soirée, affirmant que l'ancien conseiller n'avait jamais reçu de relance : Il y a eu une lettre «reçue début août» quand il était en train de déménager et que les passeports étaient dans son bureau à l'Elysée. «Et ensuite on les lui a restitués».

Un flou artistique qui a déchaîné la colère de l'opposition : elle demande en coeur «la vérité» à l'Elysée, voire à Emmanuel Macron.

Au Sénat, dominé par l'opposition de droite, la commission d'enquête qui a entendu Alexandre Benalla sur les conditions dans lesquelles il a participé à une interpellation musclée le 1er mai, va examiner «tous les éléments parus dans les médias ces jours-ci et relèvera toute contradiction entre ces informations et les éléments recueillis sous serment pendant ces auditions», a déclaré jeudi une source proche de la commission à l'AFP. (afp/nxp)

Créé: 28.12.2018, 17h51

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.