Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 14:24

Dessin de presse Patrick Chappatte dénonce les «foules en colère»

Le dessinateur suisse réagit après la décision du New York Times de renoncer aux dessins politiques dans son édition internationale.

«Twitter est un lieu pour la fureur, pas pour le débat», déplore Patrick Chappatte.

«Twitter est un lieu pour la fureur, pas pour le débat», déplore Patrick Chappatte. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Patrick Chappatte met en garde contre la remise en cause du dessin politique. Le dessinateur suisse dénonce les « foules moralisatrices» qui se rassemblent sur les réseaux sociaux avant de s'abattre sur les salles de rédaction.

«Twitter est un lieu pour la fureur, pas pour le débat», déplore Patrick Chappatte. Après la décision du New York Times de renoncer aux dessins politiques dans son édition internationale suite à une polémique à propos d'un dessin jugé antisémite d'un auteur portugais, le dessinateur tire la sonnette d'alarme.

Des tempêtes

Sur son site, le Suisse a publié lundi en anglais sa prise de position après la décision du journal pour lequel il travaille depuis des années. Les caricatures ne sont pas les seules cibles, il en va du journalisme et de l'opinion en général, affirme-t-il.

«Nous sommes dans un monde où des foules moralisatrices se rassemblent sur des réseaux sociaux et enflent comme une tempête, pour s'abattre ensuite sur les salles de rédaction, en emportant tout sur leur passage».

La foule en colère

Face à cette vague, les éditeurs doivent instantanément réagir avec des contre-mesures sinon «Les voix les plus outrées finissent par mener la conversation et la foule en colère suit».

Aux yeux de Patrick Chappatte, le média qui a publié le dessin est en fait le plus souvent la véritable cible, davantage que le dessin lui-même. Il dresse un état des lieux inquiétant: son collègue turc Musa Kart est en prison après un dessin sur Erdogan.

Liberté d'expression

Des dessinateurs du Venezuela, Nicaragua et de Russie ont dû s'exiler. Ces dernières années, certains des meilleurs dessinateurs des Etats-Unis, comme Nick Anderson et Bob Rogers, ont perdu leur emploi parce que leur éditeur a jugé leurs travaux trop critiques envers Donald Trump.

«Peut-être, devrions-nous nous en inquiéter et répliquer. Les dessins politiques sont nés avec la démocratie. Et ils sont contestés quand la liberté l'est également», écrit Patrick Chappatte.

Pas renoncer à l'humour

Le dessinateur suisse reste toutefois positif. L'époque est celle de l'image et son pouvoir n'a jamais été aussi grand. Et il y a de très nombreuses possibilités qui s'offrent aujourd'hui aux dessinateurs, notamment des reportages longs formats.

«Et arrêtons d'être effrayés par la foule en colère. Dans le monde fou dans lequel nous vivons, l'art du commentaire visuel est plus nécessaire que jamais. Comme l'humour», conclut Patrick Chappatte. (ats/nxp)

Créé: 11.06.2019, 13h31

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.