Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 06:49

Chine Pékin grossit le trait pour garder le Nobel Liu Xiaobo

Pour des experts, les autorités chinoises publient ces informations afin de justifier leur refus de laisser quitter le pays le Nobel de la paix 2010.

Le dissident chinois Liu Xiaobo ne peut toujours pas quitter la Chine.

Le dissident chinois Liu Xiaobo ne peut toujours pas quitter la Chine. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le dissident chinois Liu Xiaobo souffre d'une défaillance d'organes, a annoncé l'hôpital qui soigne le Nobel de la paix 2010 retenu dans son pays. Des défenseurs des droits humains mettent toutefois en doute la sincérité des rapports transmis par les autorités.

L'opposant, âgé de 61 ans, a été placé en liberté conditionnelle et hospitalisé après avoir été diagnostiqué en mai d'un cancer du foie en phase terminale. Il avait auparavant passé plus de huit ans en détention, condamné pour «subversion».

Pékin s'oppose à son départ pour l'étranger. La Chine affirme que son état lui interdit toute évacuation, contrairement à ce qu'ont affirmé dimanche deux médecins occidentaux admis à son chevet. L'Hôpital universitaire N°1 de Shenyang (nord-est de la Chine), où il est soigné, a diffusé depuis chaque jour des communiqués alarmistes, affirmant que le dissident était dans un état «critique».

Dans un nouveau communiqué diffusé mercredi, l'hôpital affirme que ses fonctions hépatiques continuent à se détériorer et qu'il souffre d'une défaillance d'organes. L'hôpital avait indiqué mardi qu'il était sous dialyse et en choc septique.

Informations invérifiables

«Comme les autorités contrôlent toutes les informations concernant l'état de santé de Liu Xiaobo, il est difficile de vérifier la véracité des communiqués publiés par l'hôpital sur son site internet», confie Patrick Poon, responsable Chine d'Amnesty International.

«Mais on peut légitimement se demander si les autorités ne publient pas ces informations afin de justifier leur refus de le laisser quitter le pays», observe-t-il.

«Nous ne savons pas dans quelle mesure il s'agit de rapports médicaux professionnels ou bien d'informations manipulées à des fins politiques», abonde Maya Wang, de l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch.

«Nous restons inquiets du fait que M. Liu et sa famille ne soient pas en mesure de communiquer avec le monde extérieur et qu'il ne soit pas libre de choisir son traitement médical», a déclaré mercredi la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Huckabee Sanders. La veille, la diplomatie américaine avait proposé à la Chine que Liu Xiaobo soit soigné aux Etats-Unis de son cancer du foie en phase terminale. «Nous continuons d'appeler les autorités chinoises à lui accorder une libération sans condition et à libérer sa femme de son assignation à résidence», a affirmé la porte-parole de l'exécutif américain. (ats/nxp)

Créé: 12.07.2017, 08h21

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.