Vendredi 23 août 2019 | Dernière mise à jour 06:50

Chine Pékin largue sa méga-bombe

Après les Etats-Unis, l'Empire du Milieu a testé «la version chinoise de la mère de toutes les bombes».

Le fabricant étatique d'armement Norinco a publié sur son site internet une vidéo qui montre durant quelques secondes le largage d'une bombe.

Le fabricant étatique d'armement Norinco a publié sur son site internet une vidéo qui montre durant quelques secondes le largage d'une bombe. Image: dr/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Chine a testé sa plus puissante bombe non-nucléaire, selon un média d'Etat, qui l'a surnommée «la version chinoise de la mère de toutes les bombes », en référence à un engin américain largué en Afghanistan.

Le fabricant étatique d'armement Norinco a publié sur son site internet une vidéo qui montre durant quelques secondes le largage d'une bombe. Celle-ci vient s'écraser sur une prairie, avant de produire une gigantesque boule de feu et un panache de fumée noire.

Sur les réseaux sociaux, l'agence de presse officielle Chine nouvelle a décrit mercredi l'engin, présenté pour la première fois, comme «la version chinoise de la mère de toutes les bombes».

C'est un bombardier chinois H-6K qui a réalisé le largage de cette bombe, dont «la puissance n'est inférieure qu'à celle des armes nucléaires», selon la même source. Ni Norinco ni Chine nouvelle n'ont cependant fourni de précisions sur la date ni le lieu de l'explosion, ni sur son rayon d'action.

Un «succès» salué

Les Etats-Unis avaient largué en avril 2017 en Afghanistan la plus puissante arme conventionnelle de leur arsenal, une bombe à effet de souffle massif (massive ordnance air blast -- MOAB), qu'ils avaient surnommée «mère de toutes les bombes».

Le but affiché était de détruire un réseau de souterrains du groupe Etat islamique dans l'est du pays. Le président américain Donald Trump s'était alors dit «fier» de son armée et avait salué ce «succès».

La bombe chinoise serait longue d'environ cinq à six mètres, mais plus petite et légère que l'engin américain, selon Wei Dongxu, un analyste militaire basé à Pékin et cité vendredi par le quotidien semi-officiel Global Times.

«L'explosion massive qui est générée peut facilement et totalement anéantir des cibles terrestres fortifiées», a souligné M. Wei. (afp/nxp)

Créé: 04.01.2019, 11h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.