Vendredi 19 juillet 2019 | Dernière mise à jour 12:39

Climat Pékin et Washington unis pour réduire les gaz à effet de serre

Barack Obama et Xi Jinping se sont entendus mercredi pour lutter contre le réchauffement climatique. Cet accord des deux pays les plus pollueurs de la planète a été qualifié d'«historique» par le président américain.

Barack Obama et Xi Jinping ont participé mardi au sommet de coopération économique de l'Asie-Pacifique.

Barack Obama et Xi Jinping ont participé mardi au sommet de coopération économique de l'Asie-Pacifique. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Barack Obama et son homologue chinois Xi Jinping, à la tête des deux pays les plus pollueurs de la planète, se sont fixé ensemble ce mercredi 12 novembre à Pékin de nouveaux engagements pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cet accord inédit entre Washington et Pékin a été qualifié d'«historique» par le président américain.

Leur annonce répond à l'urgence de parvenir à un accord mondial à la conférence sur le climat fin 2015 à Paris. Premier émetteur mondial, la Chine a pris pour objectif un pic de ses émissions de gaz à effet de serre, responsables de la hausse des températures, «autour de 2030», avec l'intention «d'essayer d'y arriver plus tôt», selon la Maison-Blanche.

De leur côté, les Etats-Unis se sont engagés sur une réduction de 26 ou 28% de leurs émissions d'ici à 2025 par rapport à 2005. C'est la première fois que la Chine s'engage sur un pic de ses émissions, c'est-à-dire sur l'année à partir de laquelle celles-ci cesseront d'augmenter et la courbe s'inversera.

La France salue

Lors d'une conférence de presse conjointe avec Barack Obama, le président chinois a souligné pour sa part que Pékin et Washington étaient d'accord pour parvenir à un accord à Paris en 2015. La conférence doit décrocher un accord suffisamment ambitieux pour limiter le réchauffement à 2°C.

La France s'est aussitôt félicitée de l'accord. Le fait que les deux pays les plus pollueurs au monde «aient décidé ensemble de réduire leurs émissions» de gaz à effet de serre «constitue un important pas en avant», a salué le ministre des Affaires étrangères français Laurent Fabius dans un communiqué.

«Ambitieux et réalisable»

Les Etats-Unis et la Chine représentent à eux deux plus de 40% du total des émissions de CO2 de la planète. Le constat des scientifiques est sans appel: les efforts actuels sont insuffisants pour limiter la hausse de la température mondiale à 2°C, objectif que s'est fixée la communauté internationale pour éviter un emballement catastrophique des dérèglements climatiques.

L'objectif américain «est à la fois ambitieux et réalisable», a commenté un haut responsable américain sous couvert de l'anonymat. Cet objectif pourrait toutefois se heurter à l'opposition des élus du Congrès américain. Le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, a immédiatement rejeté l'annonce à Pékin du président Obama, qu'il a qualifiée de «projet irréaliste».

Les climatologues estiment eux que ces engagements ne vont pas assez loin pour s'attaquer au problème du réchauffement climatique. «Les objectifs ne sont pas assez ambitieux», a jugé Tao Wang, climatologue au Centre Tsinghua-Carnegie à Pékin.

Pollution atmosphérique

Les émissions de CO2 par habitant de la Chine dépassent désormais celles de l'UE. La deuxième économie de la planète, également premier marché automobile mondial, est poussée à agir contre le CO2 car la pollution atmosphérique s'est imposée comme un problème majeur dans les métropoles chinoises.

Reste que la Chine représente la moitié de la consommation mondiale de charbon, une source dont elle tire plus de 70% de son énergie, avec une tendance toujours à la hausse: le pays continue en parallèle à bâtir de nombreuses nouvelles centrales thermiques.

Cinq heures d'entretien

Barack Obama était reçu à Pékin par son homologue chinois, après que les deux dirigeants eurent participé la veille au Sommet de coopération économique de l'Asie-Pacifique (Apec). Leur rencontre a duré cinq heures, pendant et après un dîner, soit deux heures de plus que prévu, indiquent des responsables. Il s'agissait de leur premier face-à-face officiel depuis plus d'un an.

Si Américains et Chinois entretiennent de forts liens économiques et commerciaux, les deux premières économies de la planète s'opposent sur un grand nombre de sujets: revendications de Pékin sur des îles en mer de Chine, le cyber-espionnage, certaines pratiques commerciales ou le respect des droits de l'homme. Mercredi, ils ont dit avoir eu des «discussions constructives» sur la plupart de ces thèmes.

Concernant le contentieux entre les deux pays sur les droits de l'homme, Barack Obama a déclaré qu'il continuerait à y avoir «des désaccords» entre Pékin et Washington. Le président chinois a jugé «naturel» que les deux pays aient des divergences en la matière, car partageant «des histoires différentes». «Mais ce qui nous unit est plus important que ce qui nous divise», a-t-il ajouté. (afp/nxp)

Créé: 12.11.2014, 07h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.