Jeudi 15 novembre 2018 | Dernière mise à jour 03:57

France Ryanair a payé, le Boeing saisi peut décoller

L'Aviation civile avait fait saisir un appareil de Ryanair pour une histoire de subventions. La compagnie a versé la somme due et l'avion peut repartir.

Image: Archives/Photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ryanair a versé vendredi les 525'000 euros qui lui étaient réclamés en remboursement de subventions jugées illégales et a pu récupérer son avion saisi la veille, a-t-on appris auprès de la Direction générale de l'Aviation civile.

«La saisie a été levée à 12h30» ce qui signifie que la somme réclamée à Ryanair «a été versée et que la compagnie a récupéré son avion», un Boeing 737 saisi jeudi à l'aéroport de Bordeaux-Mérignac, pour la contraindre au remboursement d'aides du syndicat mixte des aéroports de Charente, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la DGAC.

Sollicité par l'AFP, Ryanair n'avait pas réagi en milieu d'après-midi. L'avion, dont la valeur au prix catalogue est de 98 millions de dollars, a été immobilisé pour contraindre la compagnie aérienne à rembourser des aides versées dans le cadre de l'activité de la compagnie sur l'aéroport d'Angoulême de 2008 à 2009.

«Quelle mesquinerie»

Ces aides avaient été jugées illégales par la Commission européenne en juillet 2014. Le président du syndicat mixte des aéroports de Charente, Didier Villat, a confirmé le paiement.

«Ils ont payé, on est contents. Ils ont tenté de négocier. Ils nous devaient 525'585,05 euros, ils ont payé 524'907,80, somme arrêtée le 15 septembre 2018» qui ne prenait donc pas en compte les intérêts courant depuis, a-t-il expliqué à l'AFP.

«Quelle mesquinerie, mais on ne fera pas appel», a-t-il ajouté en souriant. «Je suis content», a-t-il affirmé, «content d'être dans la peau du petit qui fait valoir le droit».

Ryanair avait au départ remboursé la moitié des subventions (plus de 900'000 euros en tout) mais avait refusé de payer les 525'000 euros restants en invoquant une «rupture de contrat» en 2010, un deuxième contentieux qui fait l'objet d'une action parallèle en justice entre les deux parties, selon M. Villat. (afp/nxp)

Créé: 09.11.2018, 10h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.