Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 20:25

Etats-Unis Le Pentagone logera les migrants dans des tentes

Pour faire face à l'afflux de migrants à la frontière mexicaine, l'armée américaine n'a pas trouvé d'autre solution.

Des tentes de l'armée américaine, près de la frontière avec le Mexique.

Des tentes de l'armée américaine, près de la frontière avec le Mexique. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'armée américaine va ériger des tentes près de la frontière avec le Mexique pour héberger temporairement des migrants adultes. La surveillance du site sera assurée par le ministère de la Sécurité intérieure (DHS), a annoncé mercredi le Pentagone.

Le ministre de la Défense par intérim, Patrick Shanahan, «a approuvé la demande du DHS, qui lui avait été remise le 9 mai, d'ériger des installations temporaires pour abriter un minimum de 7500 migrants adultes détenus», a indiqué dans un communiqué un porte-parole du Pentagone, le commandant Chris Mitchell.

Le Pentagone va louer les tentes au DHS et les ériger sur des terrains identifiés par le DHS à Tucson et Yuma, dans l'Arizona, et à Tornillo, Donna, Laredo et Del Rio, au Texas. «Les militaires n'assureront pas le fonctionnement de ces installations, ils ne feront qu'ériger les tentes», a-t-il précisé. Les migrants concernés seront des adultes dont la demande d'asile aura été examinée par la police aux frontières et qui auront été confiés à la police migratoire ICE.

Fuir la violence et la pauvreté

Le Pentagone évaluera la faisabilité des projets au cours des deux prochaines semaines pour déterminer le nombre de tentes nécessaires, le coût et le calendrier de construction de ces installations. Près de 500'000 personnes ont été arrêtées à la frontière avec le Mexique depuis le début de l'année fiscale 2019, le 1er octobre.

En majorité, les clandestins se rendent aux autorités et déposent des demandes d'asile. La plupart d'entre eux viennent d'Amérique centrale - Honduras, Guatemala, Salvador principalement - et déclarent fuir la violence et la pauvreté qui sévit dans leur pays. De nombreux migrants sont remis en liberté en attendant l'examen de leur demande d'asile car les centres d'hébergement d'urgence de la police aux frontières sont débordés. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2019, 01h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.