Lundi 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:28

France Pierre Joxe encore accusé d'agression sexuelle

À quelques jours de son procès contre une première accusatrice, l'ancien ministre français est visé par une plainte dénonçant des attouchements.

La plainte émane d'une ancienne auxiliaire de vie ayant travaillé au domicile de Pierre Joxe.

La plainte émane d'une ancienne auxiliaire de vie ayant travaillé au domicile de Pierre Joxe. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A 84 ans, l'ancien ministre français Pierre Joxe se retrouve visé par de nouvelles accusations d'agression sexuelle. Il est mis en cause par une ancienne employée à domicile, à quelques jours du procès en diffamation qu'il a intenté contre sa première accusatrice.

Ce pilier de la mitterrandie a dénoncé mercredi une «manipulation», lui qui entend défendre sa réputation le 18 novembre devant le tribunal correctionnel de Paris où il a assigné en diffamation Ariane Fornia, fille de l'ex-ministre sarkozyste Eric Besson.

En octobre 2017, la jeune femme avait accusé l'ex-président de la Cour des comptes de l'avoir agressée lors d'une représentation à l'Opéra Bastille à Paris en mars 2010, en lui mettant à plusieurs reprises la main sur la cuisse. Des faits prescrits. Dénonçant «un tissu de contre-vérités», Pierre Joxe avait demandé «des excuses écrites et publiques», ce que l'écrivaine s'était refusée à faire.

Enquête ouverte

A cinq jours de l'audience, Le Monde a dévoilé mercredi de nouvelles accusations d'attouchements, dénoncés cette fois par une femme qui a porté plainte. Il s'agit d'une ancienne auxiliaire de vie ayant travaillé au domicile de Pierre Joxe entre septembre 2017 et décembre 2018 pour s'occuper de son épouse, atteinte d'une lourde maladie dégénérative et aujourd'hui décédée.

Saisi de cette plainte pour «agression sexuelle» et «harcèlement sexuel», le parquet de Paris a annoncé mercredi soir avoir ouvert une enquête.

Dans sa plainte, cette Haïtienne de 40 ans accuse Pierre Joxe d'avoir installé «un climat d'incertitude (...) sur la pérennité de son contrat de travail». Il se serait ensuite livré à des attouchements «d'une manière répétitive et quotidienne», de sorte qu'elle a dû «recourir à un arrêt de travail en date du 2 juillet 2018 afin d'éviter les agressions permanentes de Pierre Joxe qui se faisait de plus en plus pressant et grossier».

La plaignante avait déjà déposé une main-courante fin juillet 2018, évoquant des attouchements répétés, sans toutefois porter plainte à l'époque.

Accusations rejetées

«Mon client conteste fermement ces accusations et apportera la preuve que tout cela est faux», a déclaré auprès de l'AFP l'avocat de l'ancien ministre, Me Jean-Yves Dupeux. «Comme par hasard, cette histoire, encore plus rocambolesque que l'autre, débarque à quelques jours de l'audience au tribunal de Paris, car le dossier en face est vide», a réagi Pierre Joxe. «La manipulation qui est en cours sera facile à démonter», a-t-il assuré.

Selon un témoignage à charge contre la plaignante, consulté par l'AFP et qui doit être évoqué lundi à l'audience par Pierre Joxe, l'auxiliaire de vie était alors impliquée dans un conflit avec ses employeurs et ses collègues qui se relayaient au chevet de l'épouse de l'ex-ministre.

Débat ravivé

Cette affaire survient alors que le débat sur les violences sexuelles a été ravivé la semaine dernière par le témoignage d'Adèle Haenel. L'actrice a accusé le réalisateur Christophe Ruggia d'«attouchements» et de «harcèlement sexuel» quand elle était adolescente. Dans la foulée, la photographe et ancienne mannequin, Valentine Monnier a accusé le réalisateur Roman Polanski de l'avoir violée en 1975 à Gstaad (BE) alors qu'elle avait 18 ans.

Le témoignage d'Adèle Haenel a remis en lumière les critiques récurrentes adressées à la justice depuis la vague #MeToo. «La justice nous ignore, on ignore la justice», avait déclaré la comédienne de 30 ans d'une formule lapidaire pour justifier sa décision de ne pas porter plainte. Le parquet de Paris a toutefois décidé de sa propre initiative de lancer des investigations. (ats/nxp)

Créé: 13.11.2019, 22h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.