Vendredi 13 décembre 2019 | Dernière mise à jour 09:01

France La polémique Zemmour continue

Dans une décision, le CSA met en demeure la chaîne CNews après des propos d'Eric Zemmour sur l'islam et la colonisation de l'Algérie, tenus dans «Face à l'info».

En engageant Eric Zemmour, CNews avait assuré que l'émission «Face à l'info» ne serait pas une tribune sans filtre.

En engageant Eric Zemmour, CNews avait assuré que l'émission «Face à l'info» ne serait pas une tribune sans filtre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le CSA a mis en demeure CNews de respecter ses obligations, notamment en matière d'incitation à la haine ou à la violence, à la suite de propos d'Eric Zemmour sur l'islam et la colonisation de l'Algérie, tenus dans l'émission «Face à l'info», dans une décision publiée mardi.

Cette mise en demeure constitue une forme d'avertissement pour la chaîne d'info du groupe Canal . Dans les procédures du CSA, une telle décision peut précéder, en cas de manquements répétés, une sanction qui peut aller de la suspension temporaire d'un programme à un retrait de l'autorisation de la chaîne, en passant par des amendes ou privations d'écrans publicitaires.

Le journaliste, écrivain et polémiste, est devenu mi-octobre la vedette de «Face à l'info», une nouvelle émission quotidienne de CNews, lancée peu après la polémique déclenchée par son virulent discours sur l'islam et l'immigration fin septembre à la «convention de la droite», organisée par des proches de Marion Maréchal Le Pen.

Et plusieurs de ses interventions dans l'émission présentée par Christine Kelly (ancienne membre du CSA) ont suscité un tollé. En particulier celle du 23 octobre, dans laquelle il avait assimilé l'islam et l'islamisme, avant d'évoquer la colonisation de l'Algérie en se disant, en tant que Français, «du côté» du général Bugeaud qui, lorsqu'il «arrive en Algérie, (...) commence à massacrer les musulmans et même certains juifs».

Des propos sans «modération»

Des propos qui, pour le CSA, contreviennent à plusieurs des obligations de la chaîne, découlant de la loi et de sa convention conclue en 2005 (un texte qui codifie ses engagements vis-à-vis du régulateur).

En effet, le gendarme de l'audiovisuel juge que ces propos «ont pu être perçus» comme «une légitimation de violences commises par le passé à l'encontre de personnes de confession musulmane mais aussi comme une incitation à la haine ou à la violence à l'égard de cette même catégorie de la population». Et il juge que la séquence exprimait un «rejet insistant des personnes musulmanes dans leur ensemble, tendant à encourager des comportements discriminatoires en raison de la religion».

En outre, le régulateur estime que CNews, en diffusant ces propos en direct «sans réaction ni même modération» de la part de l'animatrice, a manqué à son obligation de garder la maîtrise de son antenne, qui s'impose en toutes circonstances. (afp/nxp)

Créé: 03.12.2019, 11h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.