Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 08:48

Amérique latine Pollution au pétrole: Caracas répond au Brésil

Après les accusations de Brasilia, le Venezuela nie être responsable de la pollution au pétrole sur les plages brésiliennes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La compagnie pétrolière d'Etat vénézuélienne PDVSA a nié jeudi être à l'origine des grandes galettes de pétrole qui ont souillé plus de 130 plages du nord-est du Brésil, comme l'a affirmé le ministre brésilien de l'Environnement, Ricardo Salles.

«PDVSA rejette catégoriquement les déclarations du ministre brésilien de l'Environnement, Ricardo Salles, qui accuse le Venezuela d'être à l'origine (des galettes de) brut qui contaminent les plages du nord-est du Brésil depuis début septembre», a déclaré le groupe dans un communiqué.

L'entreprise juge «infondées» les affirmations du Brésil, «étant donné qu'il n'existe aucune preuve d'une quelconque fuite de brut sur les champs pétroliers du Venezuela qui pourrait avoir provoqué des dommages à l'écosystème maritime du pays voisin».

«Contrairement à ce que dit le gouvernement dictatorial du Venezuela, nous ne disons pas que la fuite (de pétrole) provienne de puits vénézuéliens. Ce que nous disons, selon le rapport de Petrobras, c'est que le pétrole qui a été retrouvé n'est, premièrement, pas d'origine brésilienne, et deuxièmement, qu'il est très probablement vénézuélien», a réagi le ministre brésilien jeudi.

133 tonnes de résidus pétroliers retirés

«Ce pétrole vient probablement du Venezuela, comme le montre un rapport de Petrobras. Ce pétrole se trouvait dans un navire étranger qui naviguait près de la côte brésilienne», avait-il expliqué mercredi devant une commission parlementaire.

La compagnie pétrolière publique Petrobras, qui a pris part aux opérations de nettoyage, avait assuré dès la semaine dernière que ce pétrole n'était «ni produit ni commercialisé par l'entreprise», après avoir effectué des analyses sur des échantillons prélevés sur place.

Les galettes de pétrole, qui ont commencé à apparaître début septembre, ont été repérées sur au moins 2000 km le long de la côte atlantique. Elles ont atteint à présent l'ensemble des neuf Etats du nord-est brésilien, région pauvre réputée pour la beauté de ses plages et dont l'activité économique dépend en grande partie du tourisme. Jusqu'à lundi, les autorités avaient retiré 133 tonnes de résidus pétroliers. (afp/nxp)

Créé: 10.10.2019, 23h34


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.