Mardi 24 septembre 2019 | Dernière mise à jour 10:26

Diplomatie Pompeo en Russie: cinq points de discorde

Le menu s'annonce chargé pour la rencontre prévue mardi entre Vladimir Poutine et le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Outre le dossier iranien évoqué lundi par M. Pompeo à Bruxelles et le sujet brûlant du désarmement, voici cinq sujets qui entretiennent le climat de nouvelle Guerre froide entre les deux pays.

Venezuela

Ces dernières semaines, la Russie et les Etats-Unis se sont accusés mutuellement d'ingérence au Venezuela, déchiré par la crise. Moscou est un allié essentiel du président Nicolas Maduro, alors que Washington soutient le chef de l'opposition Juan Guaido.

La Russie a critiqué le soutien «irresponsable» des Etats-Unis au coup d'Etat raté contre Nicolas Maduro. Mike Pompeo a affirmé que Maduro était prêt à quitter le pays mais que ses soutiens russes l'en avaient dissuadé.

Corée du Nord

Le mois dernier, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a rencontré son homologue russe Vladimir Poutine pour leur premier entretien en face à face. La réunion de Vladivostok visait à contrer l'influence des États-Unis et à renforcer le rôle de Moscou dans la péninsule coréenne, après l'échec des précédentes négociations entre Kim et le président américain Donald Trump. Pyongyang a insisté avec colère sur le fait que Mike Pompeo devait être tenu à l'écart de toute nouvelle discussion.

Ingérence électorale

Le rapport du procureur spécial américain Robert Mueller n'a pas trouvé de preuve d'une quelconque entente entre la Russie et l'entourage de Donald Trump en 2016, mais estime que la Russie «s'est immiscée dans l'élection présidentielle de 2016 d'une façon systématique».

Mike Pompeo a promis «des mesures dures» contre ces «activités néfastes» de Moscou et a expliqué s'attendre au même genre d'activités russes illégales en 2020. «Et nous devons nous attendre à ce qu'ils continuent en 2050», a-t-il indiqué. Le Kremlin a toujours démenti toute ingérence, mettant ces accusations sur le compte de luttes politiques internes à Washington.

Prisonniers

Moscou dénonce le sort fait à Maria Butina, la seule Russe arrêtée et condamnée en trois ans d'enquête sur l'ingérence russe dans la politique américaine. Accusée d'être un agent russe aux Etats-Unis, elle y a été condamnée à 18 mois de détention. Le président russe Vladimir Poutine a qualifié «d'arbitraire» la condamnation de Maria Butina, soulignant ne pas comprendre pourquoi elle avait été condamnée. "

Entretemps, l'Américano-britannique Paul Whelan, se trouve en détention provisoire en Russie, où il est accusé d'espionnage. Cet ex-Marine a été arrêté fin décembre à Moscou. Moscou a rejeté l'idée que Paul Whelan puisse être échangé contre un autre prisonnier aux Etats-Unis.

Sanctions

Washington a imposé des sanctions à la Russie suite à l'annexion par Moscou de la péninsule ukrainienne de Crimée en 2014, portant un coup à l'économie russe et à la devise nationale.

Dans la foulée, une guerre a éclaté dans l'est du pays entre l'armée ukrainienne et des séparatistes pro-russes soutenus militairement, selon Kiev et les Occidentaux, par la Russie. Ce conflit a fait près de 13'000 victimes à ce jour.

Les sanctions n'ont cessé d'être durcies depuis de la part de Washington et des Occidentaux. Washington pourrait chercher à progresser au sujet du conflit séparatiste après l'élection en Ukraine d'un nouveau président le mois dernier. (afp/nxp)

Créé: 14.05.2019, 04h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.