Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 09:03

Afrique du Sud Première greffe d'une mère séropositive à son enfant

Première mondiale dans le domaine chirurgical, une mère atteinte du VIH a pu donner une partie de son foie à son enfant malade.

Des médecins sud-africains ont réalisé un exploit en greffant une partie de foie d'une mère séropositive à son enfant.

Des médecins sud-africains ont réalisé un exploit en greffant une partie de foie d'une mère séropositive à son enfant. Image: Aline Staub/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour sauver un enfant séronégatif malade du foie, des médecins sud-africains n'avaient d'autre choix que de lui greffer une partie du foie de sa mère, contaminée par le sida. Leur opération, une première mondiale, semble avoir réussi.

L'équipe de l'université du Witwatersrand à Johannesburg a annoncé jeudi qu'un an après l'opération, l'enfant ne semblait pas présenter les signes d'une infection par le virus VIH. «Dans les semaines qui ont suivi la greffe, nous pensions que l'enfant était séropositif», a expliqué le chirurgien, Jean Botha, dont les travaux sont publiés dans la revue Aids.

Une attente de plusieurs mois

Toutefois, des tests récents laissent à penser que leur petit patient n'a finalement pas été infecté. Le traitement qui lui a été prescrit «pourrait avoir empêché la contamination par le VIH. Nous ne le saurons de manière définitive qu'avec le temps», a ajouté le Dr Botha.

Le patient, qui attendait une greffe depuis six mois, était régulièrement hospitalisé pour des complications qui engageaient son pronostic vital. Faute de donneur compatible, sa mère a plusieurs fois offert un morceau de son foie.

Succès chirurgical

«Sans greffe, l'enfant serait certainement décédé», a estimé l'université du Witwatersrand à Johannesburg, dont le centre médical a accueilli ce succès chirurgical. L'opération présentait «des risques de transmission du sida pour le receveur» mais elle a été tentée en raison des «circonstances exceptionnelles» de la situation du jeune patient, a expliqué l'université dans un communiqué.

Les médecins avaient donc décidé de partir du principe que l'enfant allait contracter la maladie. Il suit un traitement préventif anti-VIH. Cette greffe, une «première mondiale» réalisée à partir d'un adulte séropositif dont la charge virale était indétectable, offre de nouvelles alternatives pour les demandeurs d'organes. Elle «présente un nouveau vivier de donneurs vivants qui pourraient permettre de sauver des vies», se sont réjouis les chercheurs.

L'Afrique du Sud est le pays au monde le plus touché par l'épidémie de sida avec 7,1 millions de séropositifs, soit 18,9% de sa population adulte. En 2017, 14 enfants sont décédés à Johannesburg alors qu'ils étaient en attente d'une greffe du foie. (afp/nxp)

Créé: 04.10.2018, 17h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.