Lundi 24 février 2020 | Dernière mise à jour 13:05

Ukraine Le président Porochenko brigue un second mandat

Petro Porochenko a promis de lancer le processus de l'intégration de son pays à l'Union européenne et à l'Otan.

Petro Porochenko veut rempiler à la présidence de l'Ukraine.

Petro Porochenko veut rempiler à la présidence de l'Ukraine. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le président ukrainien Petro Porochenko a annoncé mardi son intention de briguer un second mandat lors de la présidentielle du 31 mars, promettant de lancer le processus de l'intégration de son pays à l'Union européenne (UE) et à l'Otan.

«Le sentiment d'une profonde responsabilité devant mon pays, mes compatriotes (...), m'a motivé à présenter une nouvelle fois ma candidature au poste de président d'Ukraine», a déclaré sous les applaudissements M. Porochenko, élu en 2014 à la suite du mouvement pro-occidental du Maïdan, lors d'un rassemblement de ses partisans à Kiev.

«Je demande aux électeurs un nouveau mandat pour garantir l'irréversibilité de notre intégration européenne et euro-atlantique (...), pour renouveler l'intégrité territoriale de l'Ukraine et apporter la paix à l'Ukraine», a-t-il poursuivi.

M. Porochenko a promis de déposer en 2024, soit au terme d'un nouveau mandat, une demande officielle d'entrée de l'Ukraine dans l'UE et d'obtenir de l'Otan un plan d'action en vue de l'adhésion. «Seule une adhésion à part entière à l'UE et à l'Otan garantira de façon définitive et irréversible notre indépendance et notre sécurité», a estimé le chef de l'Etat.

Surnommé le «roi du chocolat» pour avoir fait fortune dans la confiserie, l'ancien milliardaire de 53 ans a été élu président en mai 2014 après des manifestations d'ampleur à Kiev ayant conduit à la destitution de son prédécesseur et à une crise ouverte avec la Russie voisine.

Processus de paix au point mort

Arrivé au pouvoir à un moment critique pour l'Ukraine, cet homme imposant et au long parcours politique promettait alors d'endiguer la corruption omniprésente, d'adopter des réformes de fond et de mettre fin en «quelques jours» au conflit avec les séparatistes prorusses dans l'est du pays, qui a fait depuis plus de 10'000 morts.

Cinq ans plus tard, le processus de paix dans l'est est au point mort et le renforcement des liens de cette ex-république soviétique avec l'Union européenne apparait désormais comme sa principale réussite, tandis qu'il a souvent été critiqué par la lenteur de la lutte contre la corruption.

Si la récente création en Ukraine d'une Eglise orthodoxe indépendante de la tutelle religieuse de Moscou a donné un léger coup de pouce à sa popularité, sa réélection est pourtant loin d'être assurée.

Il est devancé dans les derniers sondages par l'ex-Première ministre aux penchants populistes Ioulia Timochenko et est même talonné par un rival inattendu, le populaire comédien Volodymyr Zelensky. (afp/nxp)

Créé: 29.01.2019, 14h37

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.