Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 22:01

France De sa prison, Balkany est candidat à la mairie

Patrick Balkany, incarcéré depuis ses récentes condamnations pour fraude fiscale et blanchiment, veut se présenter à l'élection de la mairie de Levallois-Perret (France).

Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Patrick souhaite conduire» la liste de la majorité: c'est ainsi qu'Isabelle Balkany a officialisé devant la majorité municipale la candidature de son mari, actuellement détenu, aux municipales à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), suscitant des grincements de dents parmi la classe politique.

Le souhait du maire LR, incarcéré depuis ses récentes condamnations pour fraude fiscale et blanchiment, a été transmis lundi soir par son épouse, condamnée pour les mêmes affaires, aux 49 inscrits - parmi lesquels 37 élus - de la liste de la majorité municipale réunis à huis clos.

«Je leur ai confirmé qu'il y aurait une liste de la majorité municipale, une liste Balkany et que Patrick souhaite la conduire», a indiqué Isabelle Balkany, première adjointe.

Discussion à bâtons rompus

A l'issue de cette réunion, Patrick Balkany a appelé son épouse sur son portable et celle-ci a mis sur haut-parleur pour que son mari puisse remercier des représentants de l'administration municipale qui avaient assisté à la réunion et les élus pour le travail effectué sur le budget, discuté lundi soir.

Une discussion à bâtons rompus au ton «chaleureux» durant laquelle il fut question notamment des «maux de dos» de Patrick Balkany et de son repas du soir à base d'«œufs au plat et de coquillettes au beurre», selon des élus joints par l'AFP.

Mais l'élu, depuis son lieu de détention, n'a «pas évoqué les élections municipales», ont tenu à souligner les avocats du couple, Romain Dieudonné et Pierre-Olivier Sur.

Cette confirmation de candidature est en tout cas intervenue quelques heures après que Patrick Balkany eut réitéré sa demande de remise en liberté devant la cour d'appel de Paris, se disant fâché «d'être considéré comme un pestiféré».

«Guignolade»

Du côté de l'opposition municipale et au Palais Bourbon, cette candidature, émanant d'un édile embastillé, a fait grincer des dents, à droite comme à gauche. «Je trouve ça très triste d'en arriver là», a réagi Arnaud de Courson, conseiller municipal d'opposition qui s'est lui aussi déclaré candidat à la mairie lundi. «Il est en prison. On n'est pas candidat quand on est en prison!», a lâché l'élu DVD (Divers droite).

Pour Bertrand Percie du Sert, ex-adjoint de Patrick Balkany à la Sécurité qui a rejoint fin juin l'opposition municipale, «il y a du flou dans la majorité». «S'il y a eu besoin de confirmer cette candidature, c'est qu'ils ont peur de listes dissidentes», analyse l'élu passé chez LREM. Selon lui, «hier soir, le ton était plutôt: ceux qui ne veulent pas être sur la liste, il faut qu'ils le disent tout de suite ».

A l'Assemblée nationale, mêmes réactions de désapprobation chez plusieurs députés. «C'est de sa propre responsabilité, en tout cas moi je ne participe pas à ce genre de choses», s'est désolidarisé sur BFM Damien Abad (LR).

«Nous l'accueillerons avec un concert de casseroles», a promis de son côté Fabien Roussel (PCF), tandis que Bruno Bonnell (LREM) fustigeait une «guignolade». Les époux Balkany, qui ont passé 37 ans à la tête de la mairie de Levallois, doivent être rejugés à partir de la semaine prochaine pour fraude fiscale et en février pour blanchiment aggravé.

Mise en liberté refusée

L'édile de 71 ans est incarcéré à la maison d'arrêt parisienne de la Santé depuis sa première condamnation en septembre. Le couple a fait appel de toutes ses condamnations et Patrick Balkany a déposé plusieurs demandes de mise en liberté.

Si le maire de Levallois était à nouveau condamné à l'issue de ses procès en appel, il pourrait se pourvoir en cassation. Ce recours suspendrait une peine d'inéligibilité, mais aussi l'exécution d'une peine de prison, sauf si la cour d'appel délivrait un nouveau mandat d'arrêt à l'audience.

Le couple a déjà eu maille à partir avec la justice en 1996: ils avaient tous deux été condamnés à 15 mois de prison avec sursis, 30'000 euros d'amende et 120'000 euros de dommages et intérêts pour avoir affecté trois employés de mairie à l'entretien de leurs domiciles de Levallois et Giverny (Eure). (afp/nxp)

Créé: 03.12.2019, 22h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.