Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 14:15

Italie Jour J pour l'avenir du gouvernement populiste

Après avoir fait éclater l'alliance entre son parti et le M5S, Matteo Salvini se tient prêt pour ouvrir la voie à des consultations pour former un nouveau gouvernement.

Le ministre de l'Intérieur italien pourrait tenter de nouveau de renverser le gouvernement à travers une motion de censure.

Le ministre de l'Intérieur italien pourrait tenter de nouveau de renverser le gouvernement à travers une motion de censure. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jour J pour le premier gouvernement populiste italien. Selon toute probabilité, le Premier ministre Giuseppe Conte démissionnera mardi, officialisant une tonitruante rupture entre la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles, après seulement 14 mois de cohabitation.

C'est le chef de la Ligue (extrême droite) qui a déclenché les hostilités, le 8 août, en accusant ses partenaires du M5S (antisystème) de multiplier les refus sur les baisses d'impôts ou les grands chantiers.

Juste après avoir fait exploser la coalition, le Lombard s'est lancé dans une médiatique tournée des plages à la conquête du Sud, faisant constamment pression pour obtenir des élections dès l'automne.

Les marchés nerveux

Alors que l'instabilité de l'attelage Ligue-M5S a fait perdre 5 milliards d'euros à l'Italie en tensions sur le marché obligataire, les marchés ont réagi nerveusement aux incertitudes pesant sur la troisième économie de la zone euro, très endettée et qui tourne au ralenti.

Salvini pensait pouvoir miser sur l'effet de surprise, sur l'affaiblissement du M5S de l'inaudible Luigi di Maio, et sur des sondages le créditant de 36/38%, l'inverse du score des législatives de 2018 quand le M5S s'était adjugé 32% des voix (15/16% aujourd'hui), et la Ligue 17%. Mais en déclenchant la «crise la plus folle du monde», selon les termes du journal «La Stampa», l'homme fort du gouvernement n'avait pas pris en compte l'inertie du système italien où les majorités naissent et meurent au parlement.

Giuseppe Conte a d'ailleurs rapidement recadré son vice-Premier ministre, en l'appelant dès le 8 août à «expliquer et justifier» au parlement sa décision de mettre un terme brutal à une nouvelle expérience de gouvernement.

Mardi, à 15H00 (13H00 GMT), le Premier ministre s'exprimera devant les sénateurs. Matteo Salvini, en tant qu'élu de la chambre haute, devrait aussi prendre la parole. Giuseppe Conte a ensuite diverses options: soit attendre le vote éventuel d'une motion de censure contre son gouvernement, soit démissionner directement et monter au palais présidentiel du Quirinal.

Front anti-élections

La balle passera alors dans le camp du président Sergio Mattarella qui mènera des consultations pendant plusieurs jours pour explorer la possibilité d'une nouvelle majorité gouvernementale et choisir une personnalité pour la mener.

Pendant que Matteo Salvini poursuivait son «beach tour», entre mojitos, selfies et invectives sur «l'Italie (qui) ne doit pas devenir un camp de migrants», les autres partis ont en effet organisé le front anti-élections.

Une première proposition d'alliance est venue, à la surprise générale, de l'ancien chef de gouvernement Matteo Renzi, bête noire tout autant de Matteo Salvini que du M5S. Matteo Renzi a proposé une réconciliation et lancé l'idée d'un gouvernement «institutionnel», alliant sa formation, le Parti démocrate (PD, centre gauche) et le M5S.

Au programme, l'élaboration du budget 2020 de façon à éviter une hausse de la TVA qui interviendra automatiquement en janvier 2020, si rien n'est fait pour combler un trou de 23 milliards d'euros dans les caisses publiques.

Un gouvernement «Ursula» ?

Le patron du PD, Nicola Zingaretti, a toutefois averti lundi: «soit les consultations (du président) débouchent sur un gouvernement fort et de renouvellement aussi dans son programme, soit il vaudra mieux retourner aux urnes».

Une autre piste a été suggérée par l'ex-Premier ministre et président de la Commission européenne Romano Prodi, qui propose un gouvernement pro-européen baptisé «Ursula», du nom de la nouvelle présidente de la Commission, l'allemande Ursula von der Leyen. Dans son esprit, il s'agirait d'une alliance gauche-droite pouvant inclure Forza Italia de Silvio Berlusconi, à la manière des coalitions allemandes, pour que l'Italie redevienne «un membre actif de l'Union européenne».

A la veille du jour J, Matteo Salvini a dénoncé ces manoeuvres comme des «jeux de pouvoir et de palais» qui sont «une trahison honteuse du peuple italien».

Selon l'institut Youtrend qui a sondé des politologues, un gouvernement M5S-PD recueille 36% de probabilités, des élections immédiates 22%, une coalition «Ursula» 12% et le même pronostic pour un gouvernement avec pour seuls objectifs de voter le budget et préparer de nouvelles élections au printemps 2020. (ats/nxp)

Créé: 19.08.2019, 19h09

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Les plus partagés Monde