Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 21:45

France Procès Balkany: un million exigé pour «30 ans de fraude fiscale»

Le couple Balkany est soupçonné d'avoir dissimulé 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014.

Au centre, Patrick Balkany, qui arrive au tribunal, jeudi.

Au centre, Patrick Balkany, qui arrive au tribunal, jeudi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le parquet national financier a requis jeudi sept ans de prison avec incarcération immédiate contre Patrick Balkany. Le maire LR de Levallois-Perret est jugé pour blanchiment habituel de fraude fiscale et corruption, «la plus grave des atteintes à la probité publique».

Le PNF a aussi demandé que soit infligée une peine de dix ans d'inéligibilité contre le puissant maire de cette commune cossue de l'ouest parisien qu'il a dirigée presque sans discontinuer depuis 1983.

A l'encontre de son épouse Isabelle, les procureurs ont requis quatre ans de prison avec sursis et 500'000 euros d'amende. Ils relèvent que la première adjointe au maire, en convalescence après une tentative de suicide début mai, avait «reconnu une faute» dans une lettre lue par son avocat.

Sociétés écrans

Le PNF a demandé une condamnation «à la hauteur de la gravité» de la corruption entachant l'achat d'un luxueux riad à Marrakech: les procureurs Serges Roques et Arnaud de Laguiche affirment que Patrick Balkany s'est fait offrir cette villa par un milliardaire saoudien en échange de délais dans un énorme contrat immobilier à Levallois.

Jugés devant le tribunal correctionnel de Paris, les Balkany sont soupçonnés d'avoir dissimulé au minimum 13 millions d'euros d'avoirs au fisc entre 2007 et 2014, notamment deux somptueuses villas, Pamplemousse aux Antilles, et Dar Guycy à Marrakech. Le PNF a également demandé la saisie des biens du couple, en particulier le luxueux moulin de Giverny (Eure) dont ils conservent l'usufruit.

Contrairement à la villa Pamplemousse achetée en 1997 à Saint-Martin, pour laquelle les enquêteurs ont démêlé un entrelacs de sociétés écrans et retrouvé le nom des Balkany, un épais nuage entoure la transaction marocaine de 2010.

Saoudien accusé

S'ils se sont parfois violemment opposés à l'audience, Patrick Balkany et Mohamed Al Jaber, le promoteur ayant réglé le prix officiel du riad, se sont accordés pour nier tout pacte de corruption. Pour l'accusation, ce pacte existe bien.

Le PNF a requis quatre ans dont deux avec sursis et 150'000 euros d'amende contre le milliardaire saoudien, qui «a sciemment corrompu un élu de la République». Contre Jean-Pierre Aubry, alors directeur général de la société d'aménagement de Levallois, «prête-nom jusqu'au sacrifice» pour son «maître» Patrick Balkany, le parquet a demandé trois ans dont un avec sursis et 150'000 euros d'amende.

Le fils aussi

Les procureurs ont demandé quatre ans de prison dont deux avec sursis et une interdiction d'exercer à l'encontre de l'avocat Arnaud Claude, pour son «rôle central» de conseiller, aux côté de Jean-Pierre Aubry, dans le complexe montage entourant l'acquisition du riad.

Contre le fils Balkany, Alexandre, poursuivi pour avoir «couvert» ses parents en souscrivant des baux de location fictifs du riad de la palmeraie, le PNF a demandé une amende de 100'000 euros. (ats/nxp)

Créé: 13.06.2019, 16h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.