Mercredi 3 juin 2020 | Dernière mise à jour 10:41

France Prof braquée: deux autres ados devant le juge

Un adolescent avait braqué son enseignante avec une arme factice, à Créteil, en France. L'enquête se poursuit.

L'élève qui a braqué sa professeure a été mis en examen le 21 octobre pour «violences aggravées».

L'élève qui a braqué sa professeure a été mis en examen le 21 octobre pour «violences aggravées». Image: Youtube

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux adolescents du lycée Edouard-Branly à Créteil (Val-de Marne) ont été interpellés et présentés à un juge des enfants dans le cadre de l'enquête sur l'enseignante braquée avec une arme factice dans ce lycée mi-octobre par un élève qui a déjà été mis en examen, a-t-on appris jeudi auprès du parquet.

L'un des deux adolescents est celui qui avait enregistré et diffusé sur les réseaux sociaux la vidéo, qui avait suscité l'indignation. Agé de 17ans, il a été interpellé à son domicile mardi puis présenté à un juge au tribunal de Créteil mercredi, avant d'être remis en liberté.

Le deuxième adolescent, également déféré, est lui poursuivi pour avoir rediffusé la vidéo, a précisé la source. Ils ont été placés sous contrôle judiciaire avec l'obligation d'un suivi éducatif.

Un troisième adolescent, soupçonné d'avoir interpellé l'enseignante pour qu'elle note «présent» l'élève qui l'avait braquée, avait été interpellé mardi et remis en liberté à l'issue de sa garde à vue.

Une vidéo qui indigne

L'élève qui avait braqué sa professeure a été mis en examen le 21 octobre pour «violences aggravées» et remis en liberté avec des mesures de contraintes provisoires. Il a interdiction d'entrer en contact avec l'enseignante, ne peut plus séjourner dans le Val-de-Marne, mais doit poursuivre sa scolarité. Une mesure d'évaluation éducative a été ordonnée. Il sera jugé ultérieurement par le juge des enfants.

Un autre adolescent de 16 ans, suspecté d'avoir introduit l'arme factice dans l'établissement, avait lui aussi été interpellé, puis remis en liberté sans poursuites, l'arme de la vidéo s'avérant être un pistolet à billes.

Cette vidéo, filmée le 18 octobre dans ce lycée de Créteil, a suscité l'indignation jusqu'au sommet de l'Etat et conduit le gouvernement à annoncer un «plan d'actions» contre la violence dans les établissements scolaires, qui doit être présenté d'ici la mi-décembre. (afp/nxp)

Créé: 01.11.2018, 21h22

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.