Dimanche 19 janvier 2020 | Dernière mise à jour 19:15

Brésil Fin de l'occupation de l'ambassade du Vénézuela

Mercredi, l'ambassade venezuélienne à Brasilia a été prise pour cible par des personnes soutenant l'opposant de Nicolas Maduro.

Guaido demande aux forces armées de ne plus soutenir Maduro.

Galerie photo

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président»

Venezuela: le président du Parlement s'autoproclame «président» Deux présidents se faisaient face au Venezuela après que le président du Parlement, contrôlé par l'opposition, s'est autoproclamé «président» par intérim.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les partisans du chef de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido ont quitté mercredi l'ambassade du Venezuela à Brasilia qu'ils avaient occupée une douzaine d'heures. Ils ont mis fin à une situation confuse au moment où se tenait la réunion des pays des Brics dans la capitale brésilienne.

L'évacuation a été confirmée en fin d'après-midi par une porte-parole de Teresa Belandria, l'ambassadrice désignée par Juan Guaido à Brasilia, qui avait appelé les sept consulats du Venezuela au Brésil à faire défection pour s'opposer au régime socialiste de Nicolas Maduro. Mais ce coup de force symbolique mené par 11 hommes et trois femmes, selon la chargée de presse de l'ambassade, a pris des allures de pétard mouillé.

Teresa Belandria avait d'abord assuré dans un communiqué que des membres du personnel au sein de l'ambassade avaient livré «volontairement la mission diplomatique à la représentation accréditée légitimement au Brésil».

Brics divisés

Le président brésilien Jair Bolsonaro avait cependant affirmé quelques heures plus tard sur Twitter avoir «pris des mesures pour rétablir l'ordre» à l'ambassade, dont les occupants sont sortis par une porte de derrière, selon une vidéo partagée par un élu du Parti des Travailleurs (PT, gauche).

Le gouvernement d'extrême droite soutient pourtant activement Juan Guaido, qui s'est unilatéralement proclamé président du Venezuela -- un pays qui s'est enfoncé dans une dramatique crise sociale et économique -- et dont la légitimité a été reconnue par une cinquantaine de capitales.

Ces événements ont eu lieu à quelques kilomètres du Palais d'Itamaraty, siège mercredi et jeudi du sommet des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) avec les présidents chinois Xi Jinping et russe Vladimir Poutine, qui ont déjà eu des rencontres bilatérales dans la journée. Le Venezuela est un sujet de divergence au sein des Brics, où le Brésil est le seul pays à reconnaître la légitimité de Juan Guaido. La Chine comme la Russie soutiennent Nicolas Maduro. (ats/nxp)

Créé: 13.11.2019, 21h58

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.