Samedi 15 décembre 2018 | Dernière mise à jour 14:09

France Il prostituait une ado lausannoise

Un homme de 27 ans est soupçonné d’avoir poussé une jeune femme de 17 ans à vendre son corps dans des hôtels près de Paris. Interpellé, il a affirmé avoir agi «par amour».

La Lausannoise de 17 ans vendait ses charmes via le site Vivastreet, désormais poursuivi pour «proxénétisme aggravé». Elle se prostituait dans cet hôtel des Yvelines.

La Lausannoise de 17 ans vendait ses charmes via le site Vivastreet, désormais poursuivi pour «proxénétisme aggravé». Elle se prostituait dans cet hôtel des Yvelines. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Révélés par «Le Parisien», les faits sont particulièrement glauques. Un Français de 27 ans est soupçonné d’avoir prostitué une adolescente lausannoise. «Par amour», a-t-il osé affirmer devant les agents.

Tout débute dans la soirée du 16 février dernier, devant l’Hôtel Campanile de Saint-Germain-en-Laye, près de Paris, relate le quotidien. Des policiers de la brigade anticriminalité des Yvelines surveillent une voiture occupée par deux hommes. Qui sont rejoints par une jeune fille de 17 ans. Puis les trois filent. Mais les agents décident de les intercepter pour un contrôle d’identité. Ils dénichent un peu de cannabis et décident de placer l’adolescente «qui habite à Lausanne» en garde à vue.

1000 euros au souteneur

En exploitant les données de son smartphone, ils découvrent qu’elle se prostitue «depuis sa récente arrivée en France». Elle avait posté une annonce sur le site Vivastreet pour vendre ses charmes. Les policiers trouvent aussi un message d’un homme qui lui «ordonne d’aller travailler» et précise «qu’il va la conduire sur un lieu de rendez-vous». Elle dit alors aux agents qu’elle pense avoir touché environ 7000 euros en quelques semaines. Et qu’elle en a reversé 1000 «à son souteneur contre sa protection». Cet homme était également dans la voiture.

Il y a deux semaines, les agents tentent de l’interpeller chez lui, en Seine-Saint-Denis. Il est absent. Mais l’homme se présente le lendemain au commissariat de Saint-Germain-en-Laye. Placé en garde à vue, il prétend être «tombé amoureux de l’ado qu’il croyait plus âgée». Puis affirme qu’il a découvert qu’elle se prostituait et aurait décidé «par amour» de l’accompagner pour «la protéger»… Reste que les policiers le soupçonnent d’être bel et bien un proxénète qui a poussé l’adolescente à se prostituer dans des hôtels situés dans des zones industrielles.

Le suspect a été libéré et sera jugé en octobre. Et l’adolescente, est-elle de retour à Lausanne? «La personne concernée n’est pas une ressortissante suisse», nous indique Pierre-Alain Eltschinger, porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères. On n’en saura pas plus. Mais selon «Le Parisien», elle est apprentie dans la capitale vaudoise.

Vivastreet dans le collimateur

Cette affaire sordide s’inscrit dans une enquête plus large. Car fin mai, 20 minutes.fr révélait que le Parquet de Paris a ouvert une information judiciaire pour «proxénétisme aggravé» à l’encontre du site de petites annonces Vivastreet, celui qu’a utilisé la jeune femme. Le site ne peut pas publier de messages proposant d’échanger des relations sexuelles contre de l’argent. Or «deux simples clics suffisent pour trouver, dans la rubrique Erotica, des propositions de «massages» ou de «moments de détente» dont l’ambiguïté ne dupe en réalité personne», était-il souligné. Le triste cas de l’adolescente de Lausanne en est une preuve supplémentaire. (Le Matin)

Créé: 14.06.2018, 12h55

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.