Mercredi 13 décembre 2017 | Dernière mise à jour 13:40

Proche-Orient Quatre enfants tués à Gaza sous les yeux des journalistes

Des frappes israéliennes ont tué des enfants qui jouaient sur une plage de Gaza hier mercredi. L'armée a annoncé qu'elle allait enquêter sur cet «incident tragique».

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Est-ce la bavure de trop? Quatre enfants palestiniens ont été tués mercredi après-midi sur une plage de Gaza par des frappes israéliennes, sous les yeux de journalistes.

Une première frappe touche peu après 16h00 (15h00 heure suisse) une cahute de pêcheurs sur la digue du port de pêche de Gaza. Un groupe d'enfants sort en courant. Une deuxième frappe atteint le groupe. Les gamins terrifiés, certains ensanglantés, remontent la plage en criant pour se réfugier dans un hôtel, à 200 mètres de là, où résident des journalistes.

«J'ai mal, ma poitrine brûle, ma poitrine brûle»

Quatre d'entre eux ont trouvé la mort et au moins cinq autres ont été blessés dans ces frappes, a indiqué le responsable des services des urgences à Gaza, Achraf al-Qoudra. Ahed Atef Baker, 10 ans, Zacharia Ahed Baker, 10 ans, Mohamed Ramez Baker, 9 ans, et Ismaïl Mohamed Baker, 11 ans. Tous cousins.

A l'hôtel, une des victimes se tient le ventre en hurlant avant de s'écrouler et d'être transportée à la hâte par le personnel vers une ambulance. Au moins trois enfants qui s'y sont abrités sont blessés par des éclats, dont l'un à la tête.

«J'ai mal, ma poitrine brûle, ma poitrine brûle», se lamente l'un d'eux. Une ambulance emporte aussi un homme dont la jambe a été arrachée. Quelques instants après les frappes, venues de la mer ou de l'air, une fumée noire s'élève de la cahute, couverte de paille, qui se consume.

Toute la scène a été filmée par des journalistes de TF1. Voici leur reportage. Attention, ces images sont susceptibles de choquer.

«Droit à la mort»

Cette plage, au bord de la Méditerranée, accueille des paillotes, des cabanes pour pêcheurs et des petits cafés, très populaires en temps normal. Les corps des enfants - brûlés et déchiquetés - ont été aussitôt amenés à leurs familles puis à la mosquée voisine avant les funérailles, immédiates en ces temps de grande chaleur. «Nous venons de Dieu et à Dieu nous retournerons», dit l'imam pendant les prières funéraires.

Les quatre garçons ont été enterrés enveloppés dans le drapeau jaune du Fatah, le mouvement nationaliste du président Mahmoud Abbas. Ailleurs, d'autres victimes sont portées en terre dans le drapeau du Hamas, le mouvement islamiste rival, qui contrôle la bande de Gaza.

«Ils étaient en train de jouer sur la plage. Ils étaient allés au port pour sortir du camp (de réfugiés) de Chati (plus au nord, près de la frontière avec Israël) parce qu'il y a beaucoup de bombardements là-bas», explique Khamis Baker, 47 ans, un membre de la famille. «Ils ont couru droit à la mort», dit-il, tremblant de rage.

«Incident tragique»

L'armée israélienne a indiqué enquêter sur ce bombardement, qu'elle a qualifié d'incident «tragique».

«Nous enquêtons consciencieusement sur l'incident en question», a précisé l'armée dans un communiqué, qualifiant la mort des enfants de «tragique» tout en soulignant avoir visé des «terroristes du Hamas».

Les quelque 1500 raids israéliens ont fait 220 morts palestiniens depuis le début de l'opération israélienne à Gaza le 8 juillet, selon les services de secours palestiniens. Parmi ces victimes figure une majorité de civils, dont des dizaines de femmes et d'enfants, selon l'ONU et les ONG humanitaires.

Dans le même temps, les groupes armés de Gaza ont lancé plus de 1200 roquettes contre Israël, tuant un civil. (ats/nxp)

Créé: 17.07.2014, 10h18


Sondage

Pour vous, un nouveau "Star Wars" se regarde...




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters