Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 02:30

Nigeria Onze personnes tuées par Boko Haram

Le groupe islamiste a attaqué une installation militaire dans le nord-est du Nigeria. Trois humanitaires font partie des victimes.

Le groupe Boko Haram a attaqué des travailleurs humanitaires dans la ville de Rann.

Le groupe Boko Haram a attaqué des travailleurs humanitaires dans la ville de Rann. Image: DR/twitter

Galerie photo

Boko Haram: la communauté internationale mobilisée

Boko Haram: la communauté internationale mobilisée Le groupe islamiste armé Boko Haram multiplie les attaques sanglantes au Nigeria.

Google Map

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des islamistes présumés du groupe Boko Haram ont tué au moins onze personnes jeudi soir lors de l'attaque d'une installation militaire de l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, ont confirmé des responsables de la sécurité. Trois employés humanitaires figurent parmi les victimes.

«Meurtres» condamnés

L'ONU a confirmé que les trois employés d'ONG, tous d'origine nigériane, avaient été tués dans l'attaque de la ville de Rann, près de la frontière avec le Cameroun. De plus, une infirmière était toujours portée disparue. Elle pourrait avoir été enlevée.

Les victimes sont deux employés de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), qui s'occupaient de la gestion d'un camp accueillant 55'000 déplacés victimes des violences djihadistes, et un médecin travaillant comme consultant pour l'Unicef, l'agence onusienne pour l'enfance. Le bureau de l'ONU pour les affaires humanitaires (Ocha) au Nigeria a condamné ces trois «meurtres».

Soldats et policiers tués

Quatre soldats et quatre policiers ont aussi été tués dans l'attaque, selon des rapports des services de sécurité consultés par l'agence Reuters. Cette attaque est la dernière en date menée par les islamistes dans le nord-est du pays, moins de deux semaines après l'enlèvement de 110 écolières de la ville de Dapchi.

L'ONU s'est aussi dite «très préoccupée par les autres civils qui pourraient avoir été blessés ou tués dans l'attaque», sans fournir davantage de précisions. (afp/nxp)

Créé: 02.03.2018, 18h06

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.