Lundi 9 décembre 2019 | Dernière mise à jour 09:14

Tribunal de La Haye Radovan Karadzic assure qu’il devrait «être récompensé»

L’ancien chef politique des Serbes de Bosnie a affirmé mardi, au premier jour de la présentation de sa défense devant le TPIY à La Haye, qu’il devrait être récompensé pour ses actions en faveur de la paix.

Radovan Karadzic à La Haye: «Au lieu d’être accusé, je devrais être récompensé pour toutes les bonnes choses que j’ai accomplies».

Radovan Karadzic à La Haye: «Au lieu d’être accusé, je devrais être récompensé pour toutes les bonnes choses que j’ai accomplies». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Radovan Karadzic est poursuivi entre autres pour génocide.

Chevelure grise en bataille et le front barré d’une mèche indomptable, Radovan Karadzic a commencé mardi à présenter ses arguments d’un air détendu en lisant un discours devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY). Il assure lui-même sa défense.

«Au lieu d’être accusé, je devrais être récompensé pour toutes les bonnes choses que j’ai accomplies. J’ai fait tout ce qui est humainement possible pour éviter la guerre. Je suis parvenu à atténuer les souffrances de toutes les populations civiles», a-t-il déclaré à la cour.

«J’ai proclamé unilatéralement de nombreux cessez-le-feu et des ordres de cantonnement. Et j’ai arrêté à de nombreuses reprises notre armée quand elle était proche de la victoire», a-t-il ajouté.

«Mensonges» et «propagande»

«Personne n’a pensé qu’il y aurait un génocide en Bosnie», a-t-il précisé. Il a encore affirmé être un homme «doux, tolérant, avec une grande capacité à comprendre les autres», sous les regards incrédules de mères de victimes et de survivants présents.

Comme au début de son procès, Radovan Karadzic a assuré que les atrocités, dont étaient accusés les Serbes et lui-même, étaient «des mensonges, de la propagande et des rumeurs».

Radovan Karadzic, 67 ans, est poursuivi pour génocide, crimes contre l’humanité et crimes de guerre commis pendant la guerre de Bosnie, entre 1992 et 1995, au cours de laquelle 100’000 personnes sont décédées.

Il doit aussi répondre de son rôle dans le siège de Sarajevo, de 1992 à 1995, et dans le massacre de 8000 musulmans de Bosnie en 1995 à Srebrenica, le pire en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale.

300 témoins

Selon l’acte d’accusation, il a tenté de «chasser à jamais les musulmans et Croates de Bosnie des territoires revendiqués par les Serbes de Bosnie». Pour se défendre, Radovan Karadzic dispose de 300 heures allouées par les juges, un temps identique à celui qui avait été donné à l’accusation. Il compte appeler 300 témoins.

Considéré comme l’un des trois principaux responsables du «nettoyage ethnique» mis en oeuvre dans les Balkans dans les années 1990, Radovan Karadzic a échappé pendant treize ans à la justice internationale. Ce psychiatre de formation s’est caché sous l’apparence d’une sorte de gourou prodiguant une médecine alternative sous le nom de Dragan Dabic, jusqu’à son arrestation en juillet 2008 à Belgrade.

Son procès s’est ouvert en octobre 2009. La présentation des éléments à charge a eu lieu entre avril 2010 et mai 2012.

Indignation des victimes

Des membres de l’association des «Mères de Srebrenica», ainsi que des survivants des camps de concentration installés à proximité de Prijedor, ville du nord-ouest de la Bosnie, étaient présents mardi à La Haye. Ils ont jeté à Radovan Karadzic des regards incrédules pendant sa déclaration, parfois accueillie par des cris d’indignation.

Alors que Radovan Karadzic commençait à présenter sa défense, le TPIY a ouvert mardi le procès de son dernier suspect encore en vie: Goran Hadzic, 54 ans. L’ancien responsable des Serbes de Croatie pendant la guerre de Croatie (1991-1995) est le 161e criminel de guerre présumé à avoir été livré à la justice internationale.

Arrêté en 2011, il est accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité pour meurtres, actes de torture et déportation forcée de «la majorité des Croates et autres non-Serbes» après la déclaration d’indépendance de la Croatie en 1991.

Quant à l’alter ego militaire de Radovan Karadzic, Ratko Mladic, 70 ans, il comparaît également devant le TPIY pour avoir, selon l’accusation, tué, violé, torturé et détenu des milliers de musulmans et Croates dans plusieurs municipalités de Bosnie et pour le massacre de Srebrenica.

Créé: 16.10.2012, 19h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.