Dimanche 23 septembre 2018 | Dernière mise à jour 20:02

Syrie Raids aériens russes: 23 civils tués près de Damas

Au moins 23 civils ont été tués près de Damas, la plupart par des frappes aériennes russes, a indiqué mercredi l'OSDH.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moins 23 civils ont été tués mercredi dans l'enclave assiégée de la Ghouta orientale, près de Damas, la plupart par des frappes aériennes russes, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«23 civils ont été tués mercredi dans la Ghouta orientale, 18 d'entre eux par des frappes aériennes russes visant la ville de Misraba, et les autres par des tirs du régime sur deux autres villes», a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane.

Selon l'OSDH, parmi les victimes figurent trois enfants, onze femmes et un volontaire des casques blancs, une organisation de secours dans les zones rebelles. Il y a également des dizaines de blessés.

Selon Rami Abdel Rahmane, les «frappes aériennes russes ont visé des immeubles d'habitation à Misraba», une ville contrôlée par le groupe rebelle Jaich al-Islam, puissant dans la Ghouta. Rami Abdel Rahmane a indiqué que «le QG de Jaich al-Islam est situé dans la périphérie de la ville et non à l'intérieur».

400'000 habitants pris au piège

Dans un hôpital de Douma, un correspondant de l'AFP a vu des secouristes acheminant des blessés de Misraba, pour la plupart des femmes et des enfants. L'hôpital a rappelé des membres des équipes médicales qui étaient en congé «en raison du grand nombre de victimes», selon une source médicale.

Dernier fief de la rébellion près de Damas, la Ghouta orientale est assiégée par les troupes du régime de Bachar el-Assad depuis 2013. Quelque 400'000 habitants sont pris au piège dans cette vaste région touchée par de graves pénuries alimentaires et médicales.

Vendredi, une opération d'évacuation de civils gravement malades a pris fin dans la Ghouta orientale. Sur trois jours, 29 patients ont été évacués en échange de la libération par les rebelles de 29 détenus, conformément à un accord conclu entre régime et insurgés. Ce chiffre reste encore très éloigné des 500 personnes que l'ONU appelle à évacuer. «Il faut faire plus: les besoins des civils doivent être prioritaires et l'accès à l'aide doit être autorisé plus régulièrement et sans conditions», a plaidé la représentante du CICR en Syrie, Marianne Gasser.

Retrait partiel russe

Dans le même temps, après un accord avec le régime syrien, des dizaines de djihadistes et de combattants rebelles ont été évacués des dernières zones qu'ils contrôlaient dans la Ghouta occidentale, avait rapporté la télévision d'Etat syrienne. Une fois évacués dans leur totalité, les groupes rebelles n'auront aucune présence dans la Ghouta occidentale pour la première fois depuis 2012, a souligné le directeur de l'OSDH.

La Russie s'est impliquée depuis septembre 2015 dans le conflit en Syrie avec une campagne aérienne pour soutenir le régime de Bachar el-Assad. Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a affirmé en décembre dernier que la Russie avait achevé le retrait partiel de ses troupes sur ordre du président Vladimir Poutine conformément à l'annonce de ce dernier le 11 décembre.

La Russie va maintenir en Syrie son Centre de réconciliation des belligérants, trois bataillons de police militaire, ainsi que la base aérienne de Hmeimim et la base militaire navale de Tartous, avait précisé M. Choïgou. (afp/nxp)

Créé: 03.01.2018, 23h40

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.