Samedi 6 juin 2020 | Dernière mise à jour 23:57

Boko Haram Rapt de lycéennes: «Nous ne reviendrons pas»

Une nouvelle vidéo montrant des filles de Chibok enlevées par Boko Haram au Nigeria a été diffusée. Certaines ont des bébés dans les bras.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe djihadiste, nigérian Boko Haram a diffusé lundi une nouvelle vidéo montrant 14 présumées lycéennes enlevées à Chibok (nord-est) en avril 2014. «Nous sommes les filles de Chibok (...) Par la grâce de Dieu, nous ne vous reviendrons pas», affirme l'une des jeunes filles s'exprimant au nom du groupe apparaissant dans cette vidéo de 21 minutes, dont trois tiennent des nourrissons dans leurs bras.

C'est la première vidéo de ce genre depuis le mois de mai, lorsqu'une jeune femme affirmant être l'une des 219 lycéennes enlevées, était apparue brandissant une arme et refusant elle aussi de rentrer chez elle.

Sous la contrainte?

Aucun élément n'indique quand et où ce message a été enregistré, ni si les personnes présentes sont sous la contrainte. «Nous plaignons les autres filles de Chibok qui ont choisi de retourner au Nigeria. Dieu vous a bénies et vous a amenées au califat (...) mais à la place, vous avez choisi de retourner dans la mécréance», poursuit-elle à propos des filles ayant réussi à s'échapper lors de leur enlèvement il y a presque quatre ans.

La jeune fille s'adresse aussi à leurs parents: «Vous devez vous repentir (...) les flammes de l'enfer sont votre destin si vous ne vous repentez pas, car Allah nous a créés pour que nous l'adorions». Elle remercie également le chef du groupe djihadiste, , «notre père Abubakar Shekau, qui nous a mariées. Nous vivons dans le confort (...) Abubakar Shekau est notre chef».

Shekau bien en vie

Donné plusieurs fois pour mort, Shekau apparait lui aussi sur la vidéo, tirant avec une mitrailleuse lourde avant de délivrer un sermon d'environ 13 minutes.

Au total, 276 filles avaient été enlevées en avril 2014 dans leur lycée à Chibok (Etat du Borno), suscitant une vague d'indignation internationale. 57 d'entre elles s'étaient échappées au moment de leur enlèvement et 107 ont été retrouvées, secourues ou libérées aux termes de négociations entre le gouvernement et les insurgés islamistes.

Boko Haram, qui signifie «l'éducation occidentale est un pêché», a mené des campagnes sanglantes contre les professeurs et les étudiants dans le nord-est du Nigeria, où ils veulent installer leur Califat.

Boko Haram, qui utilise les enlèvements de masse pour recruter, a enlevé des dizaines de milliers de personnes, que l'armée nigériane libère au fur et à mesure de la reprise de territoires auparavant occupés par les islamistes. Depuis 2009, le conflit a fait au moins 20'000 morts et 2,6 millions de déplacés au Nigeria. (afp/nxp)

Créé: 15.01.2018, 12h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.