Dimanche 21 juillet 2019 | Dernière mise à jour 14:21

Afrique RDC: l'épidémie Ebola va regagner du terrain

Après le ralentissement des soins dans l'est du pays, les autorités congolaises s'attendent à une augmentation des cas.

Une infirmière, au RD Congo.

Une infirmière, au RD Congo. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités sanitaires de RD Congo ont déclaré lundi s'attendre à «une augmentation» des cas de contamination et de décès dus à la maladie à virus Ebola, après deux jours de ralentissement des activités de riposte dans l'est du pays.

«Les activités de riposte ont fonctionné au ralenti dans la ville de Butembo et les zones de santé voisines ces dimanche 5 et lundi 6 mai 2019 (...) Les comités locaux ont assuré un service minimal», lit-on dans le bulletin quotidien du ministère de la Santé congolais daté de lundi. «Une augmentation des cas et des décès est attendue dans les prochains jours suite à ce ralentissement des activités de riposte permettant de limiter la propagation du virus dans la communauté», est-il ajouté.

1045 décès

«Depuis le début de l'épidémie, le cumul des cas est de 1572, dont 1506 confirmés et 66 probables. Au total, il y a eu 1045 décès (979 confirmés et 66 probables) et 439 personnes guéries», lit-on encore dans ce bulletin, tandis que «111'920 personnes ont été vaccinées». Samedi, la barre des mille décès d'Ebola avait été franchie. «Chaque fois qu'il y aura perturbation des activités de riposte, il y aura augmentation des cas et des décès», avait prévenu à l'AFP le Dr Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé.

Dimanche et lundi, des conducteurs des taxi-motos de Butembo ont érigé des barrières sur les artères pour protester contre l'insécurité dans la ville. A Butembo, carrefour commercial d'un million d'habitants (Nord-Kivu, est), des équipes de riposte contre Ebola sont régulièrement ciblées par attaques. Un médecin camerounais de l'OMS avait été abattu le 20 avril alors qu'il participait à une réunion dans un hôpital.

La dixième épidémie d'Ebola est considérée comme la plus grave enregistrée sur le sol congolais depuis 1976 et comme la deuxième la plus grave après celle en Afrique de l'ouest en 2014 (plus de 11'000 morts en Guinée, Sierra Leone et au Liberia principalement). (afp/nxp)

Créé: 07.05.2019, 00h52

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.