Samedi 18 août 2018 | Dernière mise à jour 11:48

Étude Respirer en ville c’est comme… fumer des clopes

Une étude européenne convertit les particules fines inhalées dans les grandes villes en cigarettes fumées. Le résultat est parlant.

Chaque jour de balade à Prague revient à fumer une cigarette.

Chaque jour de balade à Prague revient à fumer une cigarette. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’association européenne Transport et environnement a publié ce vendredi une étude sur la pollution de l’air dans les dix villes d’Europe les plus touristiques. L’intérêt de la démarche est d’avoir converti la quantité de particules fines et autres composés toxiques inhalés en équivalent cigarettes. Histoire de vraiment visualiser ce que l’on subit.

Grosse pollution à Istanbul et Prague

Les chiffres de l’ONG sont basés sur un calcul américain affirmant que respirer 22 microgrammes/m3 de particules fines a les mêmes effets sanitaires que de fumer une clope, explique «Le Parisien».

Voici les résultats pour un touriste qui arpenterait les rues d’une cité durant quatre jours. Ça revient à une cigarette fumée à Barcelone et Dublin. Deux à Paris, Amsterdam, Rome et Vienne. 2,75 à Londres. 3 à Milan. Et 4 à Istanbul et Prague.

366 clopes par année

Ça vous semble peu? Pour un habitant de Paris c’est tout de même l’équivalent de 183 cigarettes fumées en une année. 366 pour un Praguois ou un Stambouliote. Et ce quel que soit son âge. Or 366 clopes fumées – pas loin de deux cartouches – pour un môme de 4 ans, par exemple, c’est tout de même assez parlant…

L’association pointe du doigt la circulation automobile, la principale cause de pollution dans les villes. «Lorsque la pollution de l’air est mauvaise, on nous dit d’éviter de manger ou de faire de l’exercice à l’extérieur», plaide Jens Müller, responsable qualité de l’air de Transport et environnement. «Mais se promener dans les villes et manger sur les terrasses des restaurants c’est ce que sont les escapades en ville. Or en terme d’impact sur la santé, à l’heure actuelle, les touristes, y compris les enfants, sont plus ou moins forcés de fumer.» (Le Matin)

Créé: 10.08.2018, 16h06

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.