Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

Corruption Le roi d'Espagne renonce à l'héritage de son père

Felipe VI ne sera pas bénéficiaire de la fortune de l'ancien souverain Juan Carlos, soupçonné de corruption et de blanchiment d'argent.

Le roi d'Espagne Felipe VI.

Le roi d'Espagne Felipe VI. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le roi d'Espagne Felipe VI renonce à l'héritage de son père, l'ancien roi Juan Carlos. Il lui retire sa dotation, a annoncé dimanche soir le palais royal sur fond de soupçons de corruption de l'ex-souverain.

Cette annonce, qui sonne comme un coup de tonnerre en Espagne, intervient après plusieurs révélations récentes de la presse internationale. La Tribune de Genève a notamment affirmé au début du mois que Juan Carlos avait reçu, en 2008, 100 millions de dollars (environ 94 millions de francs) de la part du roi d'Arabie saoudite Abdallah sur le compte en Suisse d'une fondation panaméenne.

En 2012, une partie de cette somme, 65 millions d'euros (environ 68 millions de francs), a été donnée par le roi à son ancienne maîtresse, Corinna zu Sayn-Wittgenstein, selon le quotidien. Citant des sources proches du dossier, «la Tribune de Genève» a affirmé que ces transactions étaient au centre d'une enquête pénale ouverte en 2018 à Genève pour «soupçons de blanchiment d'argent aggravé».

Devant notaire

Le quotidien «The Daily Telegraph» a indiqué pour sa part que son fils était bénéficiaire de cette fondation. Dans le communiqué publié par le palais royal, Felipe VI indique avoir signifié en avril devant notaire sa volonté de n'accepter «aucun bénéfice ou participation au sein de cette entité».

Felipe VI assure par ailleurs qu'il «ignore complètement à ce jour sa supposée désignation comme bénéficiaire» d'une autre fondation qui selon la presse aurait financé des millions d'euros de vols en jets privés pour Juan Carlos.

Juan Carlos Ier a régné 38 ans en Espagne, où il avait accédé au trône après la mort du dictateur Francisco Franco en 1975. Il restera notamment dans l'histoire pour avoir favorisé la transition de la dictature à la démocratie en 1977 puis stoppé un putsch militaire en 1981. Mais il avait dû abdiquer en juin 2014 en faveur de son fils, sur fond de scandales.

Chasse à l'éléphant

À peine intronisé, Felipe VI, avait pris ses distances pour tenter de redorer l'image ternie de la monarchie, alors que la presse critiquait déjà les frasques de Juan Carlos - parti chasser l'éléphant en Afrique en compagnie de Corinna zu Sayn-Wittgenstein - mais aussi ses liens avec les monarchies du Golfe et l'opacité de sa fortune.

Le Palais a aussi annoncé que Juan Carlos Ier ne pourra plus percevoir la dotation annuelle qui lui était assignée, qui était de plus de 194'000 euros (environ 205'000 francs) selon la presse. (ats/nxp)

Créé: 15.03.2020, 22h48

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.