Mercredi 18 octobre 2017 | Dernière mise à jour 00:00

Irak Les forces kurdes lèvent les barrages vers Mossoul

La fermeture était motivée par la crainte d'une attaque potentielle des forces irakiennes sur les zones disputées, se sont justifiées les forces kurdes.

Les forces kurdes se disaient prêtes à repousser tout assaut dans les régions disputées de Kirkouk et de Mossoul.

Les forces kurdes se disaient prêtes à repousser tout assaut dans les régions disputées de Kirkouk et de Mossoul. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les combattants kurdes ont levé les barrages érigés quelques heures plus tôt sur les deux principales routes reliant le Kurdistan et Mossoul, dans le nord de l'Irak, a affirmé un haut responsable militaire kurde. Ils craignaient un assaut des forces irakiennes.

«Les deux routes principales reliant Erbil et Dohouk à Mossoul ont été rouvertes à la population et la situation est redevenue normale après quelques heures. La fermeture était motivée par la crainte d'une attaque potentielle des forces irakiennes sur les zones disputées», a expliqué ce haut responsable.

Les deux routes avaient été coupées à l'aide de remblais de sable. La veille, les autorités kurdes avaient accusé les forces irakiennes de préparer un assaut dans les régions disputées de Kirkouk et de Mossoul.

«Nous avons reçu de dangereux messages selon lesquels les (groupes para-militaires du) Hachd al-Chaabi et la police fédérale préparent une attaque majeure à partir du sud-ouest de Kirkouk et du nord de Mossoul contre le Kurdistan», a affirmé mercredi soir le Conseil de sécurité du gouvernement autonome du Kurdistan (KRG), la plus haute instance de défense.

«Aucun mouvement inacceptable»

Sur le terrain, dans la riche région pétrolière de Kirkouk, un responsable des peshmergas (les combattants kurdes) a nié toute activité particulière des forces irakiennes. «Nous n'avons noté aucun mouvement inacceptable de la part des forces irakiennes. Nos réunions se poursuivent avec la coalition (internationale conduite par les États-Unis) et son aviation scrute attentivement la situation», a affirmé jeudi Wasta Rassoul, commandant des peshmergas dans le sud de Kirkouk.

Selon des sources de sécurité, les unités anti-terroristes (CTS) et les forces d'intervention rapide irakiennes ont augmenté jeudi leur nombre près de Rachad. Ce village à 65 km au sud de Kirkouk est proche des positions des peshmergas.

Le porte-parole du Commandement conjoint des opérations (JOC), qui regroupent toutes les forces sur le terrain, a refusé de démentir ou de confirmer des préparatifs pour un assaut. «Ce que j'ai à dire, c'est que nos forces à Hawija (dans la province de Kirkouk) ont accompli leur devoir et ont commencé à nettoyer la région (jusqu'à peu aux mains des djihadistes du groupe Etat islamique) des explosifs et à restaurer la loi», a déclaré le général Yehya Rassoul.

Les relations entre Bagdad et Erbil se sont dégradées après le référendum d'indépendance du 25 septembre tenu par les autorités kurdes à l'initiative du président kurde Massoud Barzani. (afp/nxp)

Créé: 12.10.2017, 11h35


Sondage

Devenir obligatoirement donneur d’organes vous gêne-t-il?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.