Jeudi 18 juillet 2019 | Dernière mise à jour 10:47

Soudan La rue déterminée à lutter malgré la répression

Le mouvement de contestation civil soudanais reste mobilisé malgré l'appel à des élections par les militaires mardi.

Pékin et Moscou bloquent une initiative du Conseil de sécurité de l'ONU sur le Soudan

Lors de la réunion à huis clos, le Royaume-Uni et l'Allemagne ont fait circuler un communiqué qui appelait les militaires au pouvoir au Soudan et les manifestants à «continuer à travailler ensemble vers une solution consensuelle à la crise en cours», selon le document consulté par l'AFP. Mais la Chine a fermement rejeté ce texte et la Russie a insisté pour attendre une réponse de l'Union africaine, ont indiqué des diplomates.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le mouvement de contestation au Soudan a appelé à poursuivre la mobilisation mardi et rejeté l'appel à des élections par les militaires au pouvoir, au lendemain de la dispersion sanglante d'un sit-in de manifestants à Khartoum, qualifiée de «massacre».

Mardi, les rues de Khartoum sont restées quasiment désertes. La plupart des commerces ont fermé. Seule une poignée de voitures et de «riksha», ces tricycles à moteur faisant office de taxi, circulaient.

De nombreuses rues ont été bloquées par des pierres, des troncs d'arbres et des pneus: des barricades de fortune érigées par les manifestants face aux hommes lourdement armés des Forces de soutien rapide (RSF), déployées partout dans la capitale soudanaise.

60 morts en deux jours

Soixante personnes sont mortes dans la répression de la contestation soudanaise depuis lundi, date de la dispersion, sur ordre du Conseil militaire, du sit-in devant le QG de l'armée à Khartoum, a annoncé mercredi le comité des médecins.

Il s'agit du dernier bilan provisoire fourni par ce comité proche de la contestation. L'opération de dispersion de ce rasssemblement emblématique de milliers de manifestants, qui réclamaient depuis des semaines le transfert du pouvoir aux civils, a été vivement condamnée à l'étranger, notamment par l'ONU, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne.

Ce sit-in, dans le prolongement de la contestation inédite déclenchée en décembre, a débuté le 6 avril pour réclamer le départ du président Omar el-Béchir, destitué par l'armée cinq jours plus tard et remplacé par un Conseil militaire de transition. Le rassemblement s'est néanmoins poursuivi pour exiger le transfert du pouvoir aux civils.

Hôpitaux attaqués

Des images amateurs filmées durant la dispersion montrent des dizaines de manifestants, essentiellement des jeunes, courant pour fuir les balles tirées de loin. Dans leur course, certains transportent péniblement des blessés.

«La situation est maintenant pire que jamais», a condamné l'Association des professionnels soudanais (SPA), clé de voute de la contestation. «Nous appelons tous les Etats et les organisations à isoler et à cesser de traiter avec le soi-disant Conseil militaire», a déclaré la SPA dans un communiqué, dénonçant des «crimes contre l'humanité».

Lors d'une conférence de presse mardi à Londres, le Syndicat des médecins soudanais a accusé les forces de sécurité d'avoir attaqué des hôpitaux dans tout le pays. Des femmes ont été violées à Khartoum, a dénoncé l'organisation sans préciser d'où elle tirait ses informations.

La Croix-Rouge internationale a annoncé sur Twitter avoir fourni du matériel médical. «Le passage en toute sécurité des ambulances, du personnel médical et du matériel est essentiel», selon elle.

Contact rompu

Après la répression du sit-in, le mouvement de contestation a décidé de rompre «tout contact» avec le Conseil militaire et appelé les Soudanais à continuer les «marches pacifiques». La SPA a appelé à «la grève et à la désobéissance civile jusqu'au renversement du régime». Elle a en outre réclamé une enquête indépendante «sous supervision internationale autour du massacre» devant le QG de l'armée.

Dans un communiqué commun, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Norvège ont estimé que «le peuple soudanais mérite une transition dans le calme, menée par des civils, qui puisse établir les conditions pour des élections libres et justes, plutôt que d'avoir des élections hâtives imposées».

Prières et manifestations

Malgré le déploiement massif d'hommes en uniformes et de véhicules des RSF, la contestation a appelé les Soudanais à se rendre dans la rue et dans les mosquées pour prier à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, qui marque la fin du mois de ramadan, malgré une décision des autorités de fixer à mercredi la date de cette fête.

A Port-Soudan (est), sur la mer Rouge, après la prière, les fidèles ont défilé en criant «Chute du Conseil militaire» et «Pour un pouvoir civil», a indiqué un témoin. Dans le quartier de Chambat à Khartoum, des Soudanais se sont réunis dans la rue pour prier, «mais les RSF et la police ont tiré des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes», selon un habitant. Et «les jeunes ont fermé la rue principale avec des barricades». A Chambat, comme dans un autre quartier de Khartoum, Burri, des coups de feu ont continué de retentir dans la soirée de mardi, selon des témoignages de résidents.

«Statu quo autoritaire»

Le Conseil militaire a dit «regretter» les violences de lundi. Il a évoqué une «opération de nettoyage» près du sit-in par les forces de sécurité qui a mal tourné. Dans le même temps, il a décidé de «cesser les négociations avec l'Alliance pour la liberté et le changement (ALC)», qui chapeaute le mouvement de protestation, et appelé à «des élections générales dans un délai de neuf mois maximum», selon un communiqué de son chef, le général Abdel Fattah al-Burhane. Les élections se tiendront sous «une supervision régionale et internationale», a-t-il ajouté en s'engageant à «garantir les libertés publiques».

Le général Burhane vient d'effectuer une tournée en Arabie saoudite, aux Emirats arabes unis et en Egypte, trois pays qui souhaitent «maintenir le statu quo autoritaire et tentent systématiquement d'appuyer les anciens régimes et leurs armées», selon le chercheur Karim Bitar, de l'Institut des relations internationales et stratégiques (Iris).

Pour la SPA, le discours du général Burhane ne fera que «raviver la flamme de la révolution». «Ni le Conseil putschiste, ni ses milices, ni ses dirigeants, ne peuvent décider du sort du peuple et de la manière de gérer la transition vers un pouvoir civil». Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la Norvège ont dénoncé l'appel des généraux, parlant d'«élections hâtives imposées». (afp/nxp)

Créé: 04.06.2019, 23h43

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.