Mardi 22 mai 2018 | Dernière mise à jour 02:57

Santé La Russie diminue l'alcool dans ses détergents

Depuis le 1er juin, les rayons des magasins se vident des produits d’entretien et des cosmétiques contenant plus de 0,5% d’alcool. Trop de consommateurs les buvaient!

Selon les chiffres de l’Institut national de la statistique en 2014, la consommation de vin de grains distillé à l’alambic a été multipliée par quatre.

Selon les chiffres de l’Institut national de la statistique en 2014, la consommation de vin de grains distillé à l’alambic a été multipliée par quatre. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Depuis l’embargo sur les produits alimentaires décrété en réponse aux sanctions occidentales, les ménagères russes ont le plus grand mal à se procurer des denrées de bonne qualité à des prix raisonnables. Et depuis le 1er juin, elles sont confrontées à un nouveau défi: la disparition de produits d’entretien et de cosmétiques qui contiennent plus de 0,5 d’alcool et peuvent soit être absorbés directement – comme l’eau de Cologne, les sprays, les lotions –, soit servir à fabriquer des boissons alcoolisées…

Certes, en Russie, l’alcool fait maison n’est pas une nouveauté, loin s’en faut. Le Samogon (vin de grains distillé à l’alambic) est l’ancêtre de la vodka, il a l’odeur et le goût du pain. Dans les années 1950 les autorités soviétiques avaient promulgué une loi punissant de dix ans de prison toute personne qui produirait du Samogon. La loi a été enterrée en 2002. Autre breuvage très populaire dans les campagnes et les couches les plus défavorisées de la population, le Kdjandjon est fabriqué avec de l’alcool à brûler que l’on purifie en le faisant bouillir avec du chou…

Poutine s’en mêle

Dans son dernier rapport, la Cour des comptes a annoncé que si la natalité était stable, la mortalité pour les deux premiers mois de l’année avait augmenté de 2,2% par rapport à la même période en 2014. Si la raison invoquée pour expliquer ce phénomène est le vieillissement naturel de la population, il ne fait aucun doute que la consommation de boissons alcoolisées frelatées est la cause principale de l’augmentation des décès. Selon les chiffres de l’Institut national de la statistique en 2014, la consommation de Samogon a été multipliée par quatre alors que celle de la vodka baissait d’environ 14%.

Cette situation a d’ailleurs alerté le président Poutine lui-même qui s’est récemment prononcé pour la baisse du prix des boissons alcoolisées légales. «La hausse du prix des boissons alcoolisées ne mène qu’à l’augmentation de la consommation des alcools frelatés», a déclaré le chef de l’Etat. Dans ce contexte le gouvernement a décidé de présenter à la Douma des amendements à la loi sur l’alcool. Des amendements qui stipulent la mise en place de mesures spécifiques, en particulier un système informatisé unique permettant un contrôle précis de la teneur en alcool des produits et une licence.

Commerçants en colère

Avant même sa mise en application, la nouvelle loi a été vivement critiquée par les professionnels de la distribution. «C’est un drame pour le commerce. Nous avons des stocks et ne savons pas comment on va pouvoir les écouler! Il faut se procurer le système, obtenir la licence, changer toutes les étiquettes, cela va coûter plusieurs milliards de roubles», explique Tatyana Puchkova, présidente du syndicat des importateurs de produits d’entretien. (Le Matin)

Créé: 05.06.2015, 06h38

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Les plus partagés Monde