Mercredi 22 novembre 2017 | Dernière mise à jour 22:09

Yémen Ryad estime que ce n'est pas le moment d'enquêter

L'ambassadeur d'Arabie saoudite a expliqué mercredi, à Genève, que les difficultés sur le terrain empêchent la mise en place d'une commission d'enquête sur des crimes de guerre au Yémen.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les conditions sur le terrain ne sont pas propices à l'ouverture d'une enquête indépendante pour déterminer si des crimes de guerre ont été commis au Yémen, a estimé mercredi l'ambassadeur d'Arabie saoudite à Genève. Il répondait au haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme.

L'ambassadeur saoudien Abdelaziz Alouassil a également estimé qu'une commission yéménite serait mieux à même de procéder à ces investigations. «Nous coopérons pour parvenir, espérons-le, à un compromis», a-t-il déclaré à la presse. «Nous n'avons rien contre une commission d'enquête. Nous avons seulement une discussion à propos du calendrier, pour déterminer si c'est le bon moment de mettre sur pied une commission internationale, étant donné les difficultés sur le terrain», a ajouté le diplomate.

Enquête exigée

L'Arabie saoudite, impliquée militairement au Yémen depuis mars 2015, a formé une coalition internationale pour combattre les rebelles chiites houthis qui tiennent la capitale yéménite Sanaa et la majeure partie du nord-ouest du pays, et pour rétablir le gouvernement internationalement reconnu dans ses fonctions. Les Pays-Bas et le Canada sont favorables à l'adoption d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU réclamant la mise sur pied d'une commission d'enquête internationale.

Le haut commissaire aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad al Hussein, réclame de longue date l'ouverture d'une enquête indépendante. Il juge qu'elle ne peut être menée par une commission yéménite. Il a déploré lundi que peu d'efforts aient été déployés en ce sens, alors que les Nations unies estiment que le conflit a donné lieu à la crise humanitaire la plus grave à l'heure actuelle.

Epidémie «gigantesque» de choléra

Plus de 8400 personnes, y compris des civils, ont perdu la vie durant la guerre civile au Yémen, selon des estimations de l'ONU. L'effondrement des infrastructures du pays a abouti à la plus importante épidémie de choléra au monde. L'épidémie a «déjà atteint des proportions gigantesques», a déclaré mercredi Robert Mardini, responsable du CICR pour le Proche et le Moyen-Orient. «Il s'agit de la pire crise de santé pour une maladie évitable dans l'histoire récente», a-t-il ajouté lors d'une conférence en marge du Conseil des droits de l'homme.

La propagation de la maladie a ralenti ces derniers mois, mais elle n'est pas encore sous contrôle. «En juillet, nous avons dit qu'il devrait y avoir 600'000 cas d'ici la fin de l'année. A présent nous avons déjà 647'000 cas suspects» et le CICR envisage désormais «le pire des scénarios, soit 850'000 cas d'ici la fin de l'année», a-t-il dit soulignant que l'épidémie n'était «pas sous contrôle». Moins de la moitié des équipements de santé sont en état de fonctionnement, beaucoup de personnels n'ont pas été payés depuis près d'un an, et moins de 30% des médicaments nécessaires sont livrés, a précisé M. Mardini (ats/nxp)

Créé: 13.09.2017, 14h40


Sondage

Le vapotage peut-il permettre d’arrêter de fumer?




Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters