Mercredi 13 novembre 2019 | Dernière mise à jour 20:39

Blocages écologiques à Londres «S'ils refusent de venir négocier, cela continuera»

Les militants d'Extinction Rebellion sont prêts à faire «une pause» si le gouvernement britannique accepte d'entendre leurs revendications.

Londres : la police arrête des militants pour le climat.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe Extinction Rebellion, qui mène depuis lundi des actions de blocage à Londres pour réclamer un «état d'urgence écologique», s'est dit prêt dimanche à faire une «pause» si le gouvernement britannique accepte d'ouvrir des négociations. Né au Royaume-Uni, ce réseau de militants a bloqué dimanche plusieurs lieux très fréquentés du centre de la capitale britannique pour la septième journée consécutive. La circulation a ainsi été perturbée au niveau de Waterloo Bridge, Marble Arch et Parliament Square en raison de «manifestations», a indiqué sur Twitter l'autorité des transports de Londres (TfL).

«De façon différente et très créative»

«Nous sommes prêts à faire une pause si le gouvernement s'assoit à la table de négociation», a déclaré à l'AFP un porte-parole du groupe, James Fox, précisant ne pas avoir reçu à ce stade de réponse positive de l'Exécutif britannique.

«S'ils ne saisissent pas cette occasion, et s'ils refusent de venir négocier avec nous, cela continuera et cela s'intensifiera, de façon différente et très créative», a-t-il prévenu. Extinction Rebellion, dont le réseau est devenu international, a trois revendications au Royaume-Uni: la proclamation d'un «état d'urgence climatique et écologique», l'élaboration d'un plan d'actions pour «réduire à zéro» les émissions nettes de gaz à effet de serre d'ici à 2025 et la création d'une «assemblée citoyenne» qui, aidée d'avis scientifiques, se prononcerait sur des questions climatiques.

À la croisée des chemins

Dimanche, le groupe a reçu la visite de la jeune militante suédoise pour le climat Greta Thunberg.

«L'humanité est à la croisée des chemins. Nous devons décider de la voie que nous voulons emprunter», a-t-elle déclaré lors d'un discours à Marble Arch, dénonçant ceux «au pouvoir» qui «n'ont rien fait pour lutter contre la crise climatique».

«Nous sommes réunis aujourd'hui parce que nous avons choisi le chemin que nous voulons prendre et, maintenant, nous attendons que les autres suivent notre exemple», a-t-elle plaidé.

Plus de 900 arrestations

Dans la journée, des agents de la police londonienne sont intervenus sur Waterloo Bridge, partiellement transformé en jardin par les militants d'Extinction Rebellion, qui ont accroché sur le pont une grande banderole «Agissons maintenant».

Plusieurs manifestants ont été délogés sans opposer de résistance, illustrant le mode opératoire du mouvement, qui prône la désobéissance civile non violente.

Les actions menées par le groupe ont conduit à 963 arrestations depuis le début de la semaine, 40 personnes ayant fait l'objet de poursuites, selon Scotland Yard.

Inquiet des conséquences de ces blocages à répétition, le maire de Londres, Sadiq Khan, a appelé Extinction Rebellion à cesser son action, en soulignant que plus de 9000 policiers avaient dû être mobilisés sur ce dossier, au détriment de leurs autres missions. «Cette situation a maintenant un impact réel sur notre ville, nos communautés, nos entreprises et nos services de police», a déploré M. Khan dans un communiqué. (afp/nxp)

Créé: 21.04.2019, 22h14

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.