Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 01:50

Espagne Sanchez chargé de former un gouvernement

Jeudi, le roi a chargé le socialiste Pedro Sanchez de constituer un gouvernement, en Espagne.

Vainqueur du scrutin du 28 avril, le Parti socialiste de Pedro Sanchez va devoir négocier avec les autres forces d'un paysage politique très morcelé.

Vainqueur du scrutin du 28 avril, le Parti socialiste de Pedro Sanchez va devoir négocier avec les autres forces d'un paysage politique très morcelé. Image: Keystone

Galerie photo

La Catalogne face à la détermination de Madrid

La Catalogne face à la détermination de Madrid Les rêves d'indépendance de la Catalogne ont dû céder du terrain face à la résolution de Madrid. Les deux parties essaient désormais de trouver un terrain en commun

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le socialiste Pedro Sanchez, chef du gouvernement espagnol sortant, a été chargé jeudi par le roi de former un nouveau cabinet après sa victoire aux élections. Mais il devra encore négocier avec une multitude de partis pour être reconduit.

Felipe VI a «proposé Pedro Sanchez comme candidat à la présidence du gouvernement», a dit la présidente de la chambre des députés Mertixell Batet après la rencontre entre Pedro Sanchez et le souverain, qui a reçu depuis mercredi les nombreuses forces politiques présentes à la chambre des députés.

L'investiture de Pedro Sanchez pour un mandat de quatre ans, qui devrait avoir lieu début juillet, ne fait guère de doute alors qu'aucun autre chef de parti ne dispose d'assez de voix pour tenter d'obtenir la confiance de la chambre basse.

La droite dans l'opposition

A droite, les conservateurs du Parti populaire (PP), les libéraux de Ciudadanos et l'extrême droite de Vox ont promis de lui mener la vie dure, mais sont résignés à être dans l'opposition.

Arrivé au pouvoir il y a un an à la faveur d'une motion de censure contre son prédécesseur Mariano Rajoy (PP), Pedro Sanchez devrait cette fois obtenir directement la confiance des députés, lui qui l'avait tenté sans succès en mars 2016.

Pour être reconduit, le socialiste de 47 ans aura besoin de 176 voix lors du vote d'investiture, soit la majorité absolue des 350 sièges à la chambre. S'il n'atteint pas ce seuil, un second tour devra être organisé deux jours après, où une majorité simple, soit plus de oui que de non, suffira.

Négocier à 17

Vainqueur du scrutin du 28 avril et comptant 123 députés, le Parti socialiste (PSOE) de Pedro Sanchez va donc devoir négocier avec les autres forces d'un paysage politique très morcelé: 17 partis sont représentés à la chambre.

La coalition de gauche radicale Unidas Podemos, 42 députés, s'est déjà montrée disposée à voter pour lui mais réclame en échange d'entrer au gouvernement. «Le plus sensé serait qu'il y ait en Espagne un gouvernement de coalition progressiste (...) qui garantisse la stabilité politique pour les quatre prochaines années», a réclamé son dirigeant Pablo Iglesias.

Au-delà de Podemos, le PSOE, qui préférerait former un gouvernement minoritaire et chercher des appuis au cas par cas, va devoir aussi marchander le soutien d'une multitude de partis régionalistes d'ici au vote d'investiture. Il essaiera en revanche de se passer de celui des séparatistes catalans et basques, de peur d'être accusé par la droite de leur faire des concessions. «La fragmentation fait que le gouvernement va devoir se battre pour chaque soutien», commente Pablo Simon.

Deux semaines après des élections locales, des tractations sont déjà engagées pour former les gouvernements des régions et elles pourraient conditionner les votes à la chambre des députés.

Difficile mandat

Une fois passé le cap de l'investiture, Pedro Sanchez ne sera pour autant pas tiré d'affaire: il devra constituer des majorités au cas par cas pour faire adopter ses lois - dont le budget 2019, toujours dans les cartons- et l'épineux dossier catalan promet d'empoisonner son mandat.

Des lourdes peines à l'automne contre 12 dirigeants indépendantistes, jugés par la Cour suprême pour avoir tenté de faire sécession de l'Espagne en octobre 2017, pourraient encore durcir l'attitude des séparatistes catalans qui ont obtenu 22 députés lors des élections. Quatre d'entre eux, jugés au procès et en détention provisoire, ont toutefois été suspendus de leurs fonctions.

Depuis le début du procès, les indépendantistes au pouvoir en Catalogne multiplient les gestes de défiance envers les socialistes. Ils ont précipité les élections anticipées en refusant de voter le budget de l'Etat, puis ont empêché l'élection d'un proche de Pedro Sanchez à la présidence du Sénat.

«Le climat est difficile, parce que le procès déforme tout», estime Pablo Simon. (ats/nxp)

Créé: 06.06.2019, 21h36

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.