Mardi 18 décembre 2018 | Dernière mise à jour 16:53

France Du sursis pour les «petits bourgeois du clash»

Boobas et Kaaris ont écopé mardi de 18 mois de prison avec sursis pour leur bagarre en août à Orly.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Booba et Kaaris ont été condamnés mardi à 18 mois de prison avec sursis pour la bagarre de l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne). L'échauffourée avait spectaculairement soldé, le 1er août, plusieurs années de rancoeurs accumulées entre les deux frères ennemis du rap.

Ces peines, supérieures aux réquisitions, sont assorties d'une amende de 50'000 euros (57'000 francs) pour chacun des deux artistes. Ils ont été condamnés par le tribunal de Créteil (Val-de-Marne) pour violences avec circonstances aggravantes, destructions et dégradations.

Les juges ont accordé la relaxe à un prévenu. Ils ont infligé des peines allant jusqu'à 12 mois de prison avec sursis pour les huit autres personnes qui accompagnaient Booba et Kaaris le jour de la rixe.

«Ce jugement consacre des violences croisées», c'est «une décision en grande partie mesurée», a réagi l'avocat de Booba, Yann Le Bras. L'avocat de Kaaris, David-Olivier Kaminski, y a lui vu un «jugement d'apaisement». Tous deux vont appeler leurs clients et se «laisser le temps de la réflexion» avant de se prononcer sur un possible appel, ont-ils indiqué.

«Petits bourgeois du clash»

Le procureur avait requis un an de prison avec sursis à l'encontre des deux vedettes de ce procès sans précédent dans l'histoire du hip-hop français. Il les avait qualifiés de «petits bourgeois du clash».

La longue audience du 6 septembre s'est résumée pour l'essentiel à un débat sur l'origine des hostilités, chacun des deux clans accusant l'autre, images de vidéosurveillance à l'appui, d'avoir déclenché les échauffourées durant lesquelles ont plu les coups de poing, de pied et de bouteilles de parfum.

La scène, «indigne» au goût du procureur, s'est produite dans un hall d'embarquement d'Orly. Elie Yaffa (le vrai nom de Booba) et Okou Gnakouri (l'état civil de Kaaris), tous deux en partance pour Barcelone, s'y sont rencontrés de manière apparemment fortuite.

Retards de vols

La mêlée a entraîné des retards de vols et causé des dégâts dans les rayons de produits hors taxe pour un préjudice estimé à plusieurs dizaines de milliers d'euros. Elle a déjà valu trois semaines de détention aux prévenus, répartis début août entre Fresnes et Fleury-Mérogis en fonction de leur affiliation.

Booba et Kaaris avaient en réalité commencé à s'écharper en 2013-2014, mais jusque-là par le seul biais des réseaux sociaux, après avoir signé ensemble le morceau à deux voix «Kalash», succès de l'année 2012. (afp/nxp)

Créé: 09.10.2018, 13h32

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.