Samedi 21 septembre 2019 | Dernière mise à jour 15:01

Cote d'Ivoire Simone Gbagbo «pardonne» à l'accusation ses «injures»

Jugée, l'ex-première dame ivoirienne qui a trouvé les avocats de la partie adverse outranciers sera fixée sur son sort lundi soir.

Simone Gbagbo: «...J'ai subi humiliation sur humiliation durant ce procès. Mais je suis prête à pardonner...»

Simone Gbagbo: «...J'ai subi humiliation sur humiliation durant ce procès. Mais je suis prête à pardonner...» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Simone Gbagbo, contre qui 10 ans de prison ont été requis pour son rôle dans la crise postélectorale de 2010-2011, a déclaré «pardonner» à l'accusation ses «injures», à quelques heures du verdict attendu lundi soir.

«J'ai trouvé les avocats de la partie civile outranciers. J'ai subi humiliation sur humiliation durant ce procès. Mais je suis prête à pardonner. Je pardonne les injures, je pardonne les outrances. Car si on ne pardonne pas, ce pays connaîtra une crise pire que ce que nous avons vécu», a-t-elle dit.

Simone Gbagbo, vêtue d'une robe bleu clair, a conclu une audience longue de 5 heures, durant laquelle les 79 accusés de ce procès fleuve se sont succédé à la barre pour faire entendre leur dernier mot, tous se déclarant non-coupables et demandant l'acquittement.

Plus de 3000 morts en 3 ans

Debout, un micro à la main, elle a lu durant 10 minutes un discours préparé à l'avance.

Le verdict est attendu lundi soir, après des délibérations, ont indiqué des sources judiciaires.

83 personnes étaient jugées pour leur rôle dans la crise postélectorale de 2010-2011, causée par le refus de l'ex-président Laurent Gbagbo de reconnaître la victoire de l'actuel chef de l'Etat Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010. Les violences entre les deux camps ont fait plus de 3000 morts en cinq mois.

Deux des accusés sont morts entretemps et deux ne se sont pas présentés, a-t-on appris lundi de source judiciaire. Le procès a démarré fin décembre, il y a plus de deux mois.

Le parquet général a requis le 3 mars dix ans de prison contre la «Dame de fer» ivoirienne, accusée de «participation à un mouvement insurrectionnel», «troubles à l'ordre public» et de «constitution de bandes armées».

Simone Gbagbo, 65 ans, est un personnage politique très clivant en Côte d'Ivoire. Elle a été autant respectée pour son parcours dans l'opposition que redoutée comme «présidente» à poigne, souvent accusée d'être liée aux «escadrons de la mort» contre les partisans de l'actuel chef de l'Etat Alassane Ouattara.

«Justice des vainqueurs»

Ce procès, le plus important pour la Côte d'Ivoire depuis la fin de la crise, est entaché de nombreux manquements, aucune preuve matérielle n'ayant été fournie pour les confondre, dénoncent la société civile et des sympathisants pro-Gbagbo.

Si les deux camps se sont montrés coupables d'exactions pendant la crise postélectorale de 2010-2011, aucun responsable pro-Ouattara n'est inquiété, nourrissant des accusations de justice «politique» ou de «justice des vainqueurs».

(afp/nxp)

Créé: 09.03.2015, 17h39

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.