Jeudi 28 mai 2020 | Dernière mise à jour 23:24

Covid-19 À Singapour, une peine capitale prononcée par Zoom

Un trafiquant de drogue a été condamné à mort au cours d'une audience organisée à distance afin d'éviter la propagation du coronavirus.

L'organisation Human Rights Watch a estimé que cette technologie n'était absolument pas appropriée pour prononcer une telle sentence.

L'organisation Human Rights Watch a estimé que cette technologie n'était absolument pas appropriée pour prononcer une telle sentence. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un tribunal de Singapour a condamné un homme à la peine de mort via l'application de visioconférence Zoom. Cette première dans la cité-Etat a été vivement critiquée par les défenseurs des droits de l'homme.

Le trafiquant de drogue malaisien Punithan Genasan a été condamné à la mort par pendaison au cours d'une audience organisée à distance afin d'éviter la propagation du coronavirus, ont annoncé les autorités judiciaires du pays d'Asie du Sud-Est. L'homme âgé de 37 ans a été jugé coupable d'avoir vendu au moins 28,5 grammes d'héroïne, un crime passible de la peine de mort, selon la stricte législation antidrogue singapourienne.

Human Rights Watch s'insurge

C'est la première fois que la peine capitale est prononcée au cours d'une audience à distance, a souligné la Cour suprême. L'application de visioconférence Zoom a vu sa popularité bondir partout dans le monde à la faveur du confinement, mais l'organisation Human Rights Watch a estimé que cette technologie n'était absolument pas appropriée pour prononcer une telle sentence.

«La peine de mort est par essence cruelle et inhumaine, et c'est encore pire quand Singapour utilise une technologie comme Zoom pour condamner un homme à mort», a souligné le directeur adjoint de l'organisation pour l'Asie, Phil Robertson.

«Le droit de voir l'accusation»

«C'est incroyable que le parquet et le tribunal soient aussi insensibles et qu'ils ne comprennent pas qu'un homme menacé de la peine de mort a le droit de comparaître devant la cour pour voir l'accusation», a-t-il poursuivi, interrogé par l'AFP. La Cour suprême a indiqué que l'audience avait été organisée à distance «pour la sécurité de tous ceux impliqués dans la procédure». (ats/Le Matin)

Créé: 20.05.2020, 14h07

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.