Samedi 11 juillet 2020 | Dernière mise à jour 03:56

Coronavirus Plus de six millions de cas de Covid-19 dans le monde

Le Brésil est devenu samedi le quatrième pays le plus touché en termes de décès, passant devant la France, avec près de 29’000 victimes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de six millions de cas de contamination au nouveau coronavirus ont été recensés dans le monde, dont les deux tiers en Europe et aux États-Unis, le Brésil devenant samedi le quatrième pays en termes de décès avec près de 29'000 morts. Parallèlement, la levée progressive des mesures de restriction prises par les gouvernements pour lutter contre la pandémie se poursuit, de Paris à New Delhi.

Le Covid-19 a fait au moins 366'848 morts sur la planète, dont près de la moitié (177'595) sur le continent européen, où environ deux millions de personnes atteintes ont été recensées. «Lorsque nous sortirons de cette pandémie, nous ne pourrons pas continuer à faire ce que nous faisions et comme nous le faisions. Non, tout sera différent», a déclaré le pape François dans un message vidéo à l'occasion de la fête de la Pentecôte.

Si les États-Unis demeurent le pays comptant le plus grand nombre de cas (1'769'776) et de décès (103'758), c'est désormais en Amérique latine que le virus progresse le plus rapidement, notamment au Brésil. Pays de 210 millions d'habitants, le géant sud-américain est devenu samedi le quatrième pays en termes de décès liés au coronavirus, avec 28'834 morts selon les statistiques du ministère de la Santé.

Le ministère a recensé 956 décès supplémentaires en 24 heures et un nouveau record quotidien du nombre de personnes contaminées (26'928), ce qui porte le total à 465'166 personnes infectées depuis le début de la pandémie. Le Brésil reste en termes de décès largement derrière les États-Unis, pays le plus touché avec au moins 103'000 morts, suivis du Royaume-Uni (38'376) et de l'Italie (33'340), la France étant cinquième (28'771), selon le comptage de l'AFP.

Progression en Amérique latine

D'autres pays d'Amérique latine continuent de subir la progression de la pandémie. C'est le cas du Pérou, deuxième pays d'Amérique latine le plus touché par le coronavirus, qui a dépassé samedi les 155'000 cas confirmés après avoir enregistré un nombre record de 7386 nouveaux cas en 24 heures. Le nombre de morts atteint désormais 4371 dans ce pays de 33 millions d'habitants, soit une hausse de 141 en 24 heures, a indiqué le ministère péruvien de la Santé.

En Bolivie, quatre des neuf régions du pays, dont Santa Cruz de la Sierra, la plus touchée, ont annoncé samedi qu'elles allaient étendre les mesures de confinement, contrairement aux décisions du gouvernement central qui veut relancer l'économie. La Bolivie a enregistré à la date du 31 mai 8731 cas de coronavirus et 300 morts, la plupart dans la région de Santa Cruz.

L'Union européenne a appelé samedi Washington à reconsidérer sa décision de rompre avec l'Organisation mondiale de la santé (OMS), appelant à la solidarité face à la progression du nouveau coronavirus. Vendredi, le président américain, Donald Trump, a en effet mis à exécution sa menace, accusant l'OMS de complaisance avec la Chine, où le Covid-19 est apparu en décembre.

Poursuite du déconfinement en Europe

Avec l'amélioration de la situation sanitaire en Europe, les restrictions imposées continuent d'y être levées. L'Italie a rouvert au public samedi la Tour de Pise, et les centres commerciaux sont redevenus accessibles dans la capitale ukrainienne Kiev.

En France, la population a pu renouer avec ses parcs et ses jardins après plus deux mois de fermeture. «Rouvrir les parcs (...), c'est vraiment le symbole de la liberté retrouvée», s'est exclamée Cécile Roperh, 54 ans, en promenant son chien dans le parc parisien des Buttes-Chaumont.

À Vienne, l'Admiral Kino, l'un des plus vieux cinémas de la capitale autrichienne, a repris les projections dans son unique salle fermée depuis la mi-mars. Masques pour certains spectateurs, quelques sièges laissés vide dans le public: les mesures de distanciation ont été respectées sans gâcher le plaisir des retrouvailles qui commencent par un verre de vin au bar de l'accueil.

Le gouvernement britannique a autorisé la reprise à huis clos le 1er juin des compétitions sportives, tandis qu'en Espagne, les clubs du championnat de football pourront également lundi se remettre à l'entraînement collectif «total», dernière étape avant le redémarrage de la compétition le 11 juin. En Autriche, un Grand Prix de Formule 1 pourra avoir lieu à Spielberg (centre) en juillet.

La Grèce va autoriser des vols en provenance de davantage de pays de l'Union européenne, parmi lesquels la France, à partir du 15 juin. L'Espagne pourrait aussi permettre le retour des touristes allemands, français ou scandinaves dès la deuxième quinzaine du mois de juin dans le cadre d'un projet pilote dans les archipels des Baléares et des Canaries.

En Macédoine du Nord, le président Stevo Pendarovski a prolongé samedi de deux semaines l'état d'urgence après une augmentation du nombre des morts et des nouveaux cas. Au Royaume-Uni, beaucoup d'experts et de membres de l'opposition ont jugé samedi «prématurée» la décision du gouvernement de passer lundi à la phase suivante du déconfinement, le Covid-19 continuant de sévir. L'Esplanade des Mosquées à Jérusalem, troisième lieu saint de l'islam, a rouvert ses portes dimanche matin après plus de deux mois de fermeture en raison de la pandémie.

Trump reporte le G7

En Asie, l'Inde a annoncé samedi un assouplissement du confinement: à compter du 8 juin, édifices religieux, hôtels, restaurants et centres commerciaux pourront rouvrir, en dépit d'un nouveau record quotidien de contaminations dans ce pays (175'000 dont 5000 mortelles).

Face au risque de contamination, la chancelière allemande Angela Merkel a annoncé qu'elle refusait de se rendre en personne à un sommet du G7 aux États-Unis prévu en juin, comme l'avait proposé Donald Trump. Mais Donald Trump a annoncé dans la soirée qu'il allait reporter ce sommet et par ailleurs inviter d'autres pays à se joindre à la réunion.

«Je n'ai pas le sentiment que le G7 représente correctement ce qui se passe dans le monde. C'est un groupe de pays très dépassé», a déclaré Donald Trump à des journalistes, ajoutant qu'il aimerait inviter la Russie, la Corée du Sud, l'Australie et l'Inde à se joindre à un sommet élargi. Cela pourrait se produire en septembre, soit avant ou après l'Assemblée générale des Nations unies, a ajouté le président américain. (afp/nxp)

Créé: 31.05.2020, 04h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.